Print Friendly, PDF & Email

Lever le drapeau et la nation d’Israël

EnglishFrench

« Après deux jours, Il nous revivifiera ; et au troisième jour, Il nous ressuscitera, et nous vivrons en Sa présence. » (Osée 6, 2.)

Le 23 décembre 2006, le jour du Sabbat à 10 heures du matin, nous avons levé le drapeau d’Israël à Harvest Haven Market Farm. Il y avait 12 personnes présentes. Ces personnes étaient : Paul Cohen, Sara Schmidt, Lois Benson, Trevor Benson, Mark et Mariko Benson, Dena Dahl, Ingrid Nicolay (maintenant Benson), Sean Fife, et Jonathan, Marilyn et Victor Hafichuk. Les mots dits en prière étaient, en essence, « De la même façon que nous levons le drapeau d’Israël, nous allons aussi relever la nation d’Israël. » Notre gratitude était grande.

Récemment, au travers d’une série de remarquables coïncidences qui se sont enchaînées rapidement, nous avons été brusquement propulsés sur la scène politique mondiale et ses conflits convergeant vers le Moyen-Orient et, plus spécifiquement, Israël. Bien que, en Christ (Yeshuah HaMaschiach), nous avons mené une bataille spirituelle depuis des décennies, nous n’avions pas été impliqués d’une façon évidente avec l’Israël physique (excepté lorsque j’y ai rencontré Paul, lorsque le Seigneur m’y envoya en 1979). Maintenant, nous le sommes. Nous avons décidé de hisser l’Etoile de David, en signe de solidarité avec Israël. Lisez : L’Etoile de David : une meilleure perspective (cet article n’est pour l’instant disponible qu’en anglais).

Il y a une chose triste qui prévaut à travers le monde : c’est l’ignorance volontaire des faits, historiques et autres, en ce qui concerne le conflit entre Israël et les arabes et Palestiniens. Les faits sont disponibles. Le problème, cependant, n’est pas le manque d’une bonne documentation historique ou d’une capacité de la compren- dre ; le problème, c’est que les cœurs des hommes sont hostiles à leur Créateur, le Dieu d’Israël. Le monde reste sans rien faire et regarde l’injustice, croyant des mensonges, au nom du christianisme et de tout autre nom qui lui convient, tandis qu’Israël et les juifs sont seuls.

Ce que le monde ne sait pas c’est qu’il est sous la coupe du jugement de Dieu au travers d’Israël. Tous sont confrontés à une décision. Israël est la nation élue de Dieu, les « gens du Livre », comme le Coran les appelle, et les « bien-aimés à cause de leurs pères », comme le Nouveau Testament les appelle. Ceux qui restent neutres ou ceux qui choisissent de s’opposer à Israël se retrouveront dans une position d’hostilité à l’encontre de Dieu.

Ceci est valable tant pour les individus que pour les pays. Je suis tellement reconnaissant de voir le Premier ministre du Canada, Stephen Harper, et son gouvernement prendre une position en faveur de la vérité et de la justice en ce qui concerne Israël. Nous aussi, nous sommes aux côtés d’Israël, menés par l’Esprit de Yeshuah HaMashiach, le Messie qu’Israël ne reconnaît pas, Qui vient pour eux.

J’ai reçu que le juif physique représente le corps, tandis que le juif spirituel représente l’esprit. Nous sommes l’esprit du Christ, Le connaissant, et Israël est le corps. Dans le livre de l’Ecclésiaste, Salomon a dit :

« Puis la poussière retournera à la terre, comme elle y avait été, et l’esprit retournera à Dieu Qui l’a donné. » (Ecclésiaste 12, 7.)

Nous avons deux éléments ici, physique et spirituel. Est-ce que l’élément physique, la nation d’Israël, est rejeté pour toujours ? Pas du tout ! Comme il est écrit :

« Je dis donc : Ont-ils trébuché afin de tomber ? A Dieu ne plaise : mais plutôt par leur chute, le salut est venu aux Gentils, afin de les provoquer à la jalousie. Or si leur chute est la richesse du monde, et leur diminution la richesse des Gentils, combien plus leur plénitude ? Car je vous parle à vous Gentils : dans la mesure où je suis l’apôtre des Gentils, je magnifie mon ministère, si par quelque moyen je puis provoquer à la jalousie ceux de ma chair, et à en sauver quelques-uns. Car si leur rejet est la réconciliation du monde, que sera leur réception, sinon la Vie hors de la mort ? » (Romains 11, 11-15.)

De la même façon que Jésus-Christ/Yehoshua HaMashiach est connu comme étant le Fils de Dieu, Israël est connu comme étant le fils de Dieu (Osée 1, 1.) Comme le Fils de Dieu a été planté pour porter du fruit, ainsi Israël a été planté pour en faire de même. Tout comme Dieu a relevé Son corps d’entre les morts par Son Esprit, nous qui sommes dans l’Esprit de Dieu devons relever l’Israël physique.

Nous sommes aux côtés d’Israël, pour le réconcilier à Dieu, en dépit de l’hostilité que les juifs ont à notre égard et l’hostilité qu’ils croient erronément venir de nous à cause de leurs expériences avec de faux chrétiens au travers de l’histoire et jusqu’à ce jour. Nous tenons avec eux comme envers le Dieu d’Israël, le Messie, par le pouvoir de Sa résurrection :

« Car Il est notre paix, Lui Qui des deux en a fait un, et Qui a abattu le mur mitoyen de séparation, ayant aboli en Sa chair l’inimitié, c’est-à-dire la loi des commandements qui consistait en ordon- nances ; pour faire en Lui-même des deux un homme nouveau, faisant ainsi la paix et qu’Il puisse réconcilier les deux à Dieu en un seul corps par la croix, ayant de cette manière tué l’inimitié en Lui-même. » (Ephésiens 2, 14-16.)

De la même façon que ces mots sont maintenant accomplis en nous, Dieu réconciliant la chair et l’esprit, ainsi ils seront accomplis pour nous avec Israël. Rien n’a pu empêcher la résurrection de Jésus-Christ, ni le Sanhédrin, ni les pharisiens, ni Rome, et aucun pouvoir ne peut résister à la résurrection d’Israël à une nouvelle vie :

« Et ayant dépouillé les principautés et les puissances, il les a publiquement exposées, en triomphant d’elles sur [cette croix]. » (Colossiens 2, 15.)

Dieu a semé, ou a déposé le corps, Israël, dans la terre, afin que la semence ne reste pas seule, mais pour qu’elle porte beaucoup de fruit. Nous, qui sommes nés du Christ, sommes ce nouveau fruit. Israël a attendu son Messie parce qu’il (Israël dans la chair) a été dans la tombe. Nous, dans Son Esprit, parlons maintenant au corps et le relevons d’entre les morts à une nouvelle vie. L’esprit et le corps doivent être réunis dans le pourvoir de la résurrection. Le corps ne peut pas se relever, étant mort. Ceux qui critiquent le juif physique parce qu’il ne croit pas critiquent son Créateur, les lois de son Créateur, et la nature toute entière.

Donc, lorsque les chrétiens disent que le Messie est venu pour les juifs, et que les juifs nient qu’Il soit venu pour eux, ironiquement, les chrétiens ont tort et les juifs ont raison. Tandis qu’Il est venu pour ceux auxquels Il a donné Son Esprit, Il n’est pas venu pour ceux qui sont toujours dans la tombe. Jusqu’à ce qu’Il vienne pour eux, à travers nous, ils ne sauront pas qu’Il est venu, et une fois qu’Il sera venu, ils n’en rechercheront pas d’autre selon les pensées qui sont les leurs dans la mort, laquelle fut pour nous.

La rédemption commence avec mon pardon à ma femme, ce que j’ai publiquement déclaré devant tout le monde à la ferme, le 23 décembre 2006. Ce qu’Israël a été à son Dieu, ma femme me l’a été. Alors qu’elle a publiquement confessé d’autres dieux, et a été incapable de se racheter elle-même, je lui ai pardonné publiquement et elle est maintenant rachetée par le pouvoir de Dieu.

« Je souffre ! Je souffre ! » dit le Dieu d’Israël, Yeshuah HaMashiach, parce que Son peuple souffre et Il est descendu pour les sauver. Que Dieu sauve Israël, Son peuple. Relève-les d’entre les morts pour que le monde voie Ta Gloire, de la même façon que nous levons l’Etoile de David, le drapeau d’Israël, vers le ciel.

Victor Hafichuk

Retour à la liste des articles disponibles en français.

Facebook Comments