Print Friendly, PDF & Email

Pulsion sexuelle et tentation

Chinese – English – French 

Lettre à un ami :

E., comme cela a souvent été le cas, j’apprécie ce que tu as à dire sur ce genre de sujets et la manière dont tu le dis. Je suis reconnaissant pour ton honnêteté, un signe de la bénédiction de Dieu sur toi, qui était à l’œuvre en toi avant même que tu ne viennes à nous, bien que le Seigneur ait eu besoin de te châtier.

Je peux regarder une délicieuse assiette de ma nourriture favorite et être excité, tout particulièrement quand j’ai faim. Je peux apprécier un beau paysage ou tout ce qui excelle en puissance, ou en beauté, ou en d’autres caractéristiques désirables. J’ai été impressionné par des écrivains qui ont de si merveilleuses capacités à s’exprimer. J’ai souvent souhaité pouvoir écrire comme eux. Mais ces excitations et ces désirs, tout en étant légitimes ou neutres en eux-mêmes, ne peuvent avoir carte blanche. Je ne peux me permettre de convoiter les biens de mon voisin ou toute autre chose, bien que je puisse apprécier ce qui est là.

De même avec les femmes. Avouons-le – nous savons tous que les femmes peuvent être belles et désirables pour n’importe quel homme en bonne santé ; cela fait partie de la vie ; c’est la nature ; c’est la manière dont Dieu a fait les choses. Comment pouvons-nous le nier ? Comment pouvons-nous nier que nous trouvons la beauté désirable quelle que soit la forme qu’elle prenne ? Je ne peux pas. Le peux-tu ? N’importe quel homme le peut-il ?

Notre problème est que nous avons été corrompus dans les convoitises de notre chair. Nous savons que nous nous sommes adonnés à manger des fruits défendus et même à apprécier cela dans nos désirs. Nous savons aussi que dans notre chair il ne réside rien de bon ; nous savons qu’elle est contraire à Dieu, et comment Il voudrait que nous nous conduisions dans tous les aspects de Sa création. Il apporte la Loi et nous enseigne la tempérance, la retenue, la discipline, et le jugement. Il nous permet de nous gérer nous-mêmes, et ces choses autour de nous, avec Sa Pensée et Son Attitude.

J’avoue que je regarde les femmes, surtout quand elles sont habillées de façon séduisante, comme toute autre chose que la chair trouve attrayante. Mais par la grâce de Dieu, j’ai été capable de me contrôler et de ne pas entretenir ces choses, sachant très bien que je ne peux pas les avoir et que cela ne serait pas bon pour moi de les avoir. Les limites ont été fixées, et franchir ces limites n’est jamais sage. Alors pourquoi y aller ?

Mais est-ce que la logique l’emportera ? Pas du tout ! Nous pouvons nous répéter ce qui est bien ou mal autant qu’on le veut, mais la convoitise est là dans la chair, n’est-ce pas ? En fait, plus nous essayons de nous instruire et de nous contrôler dans le bien et le mal des choses, plus il semble que nous soyons vulnérables. Alors quelle est la réponse ? Le Seigneur et Sa grâce sur nous est la réponse, la seule réponse. Alors, tandis que les tentations sont là, et tandis que nos natures charnelles sont si parfaitement prêtes à se livrer à des choses auxquelles nous ne devrions pas nous livrer, et alors que nous ne pouvons échapper à ces faits, nous avons le Seigneur pour nous garder, en dépit de nous-mêmes. Tout homme qui pense qu’une belle femme n’est pas attirante n’est honnête ni avec lui-même, ni avec personne d’autre.

Notre espoir n’est pas en notre vertu, en apparence vraie ou potentielle, n’est-ce pas, E. ? C’est Christ Qui nous garde. C’est Sa droiture, jamais la nôtre.

C’est ma compréhension des choses. Peut-être que certains pourraient dire que je vis par la Loi. C’est possible. Ou est-ce que je fais l’effort de maîtriser mon corps, de peur qu’après avoir prêché, je sois rejeté ? Je me rappelle quelqu’un disant, « Regarde, mais ne touche pas, » mais j’ai appris que trop bien regarder, ou trop longuement, équivaut à toucher, alors, « Ne regarde pas, » est plus avisable. J’ai aussi été profondément conscient du fait que si je regarde, d’autres voient que je regarde, et donc je les fais trébucher.

Mais qu’en est-il si personne ne me voit regarder, comme sur Internet, par exemple ? Nous sommes conscients que même si l’homme peut ne pas voir, Dieu le peut, toujours. En outre, nous pouvons demander, « Est-ce que Dieu S’en soucie ? Il connaît notre nature, Il comprend, » mais je sais que ce que nous disons, pensons, et faisons est construit en nous. Rien n’arrive sans que cela n’affecte notre nature, à quelque degré que ce soit. Alors pourquoi devrais-je me damner en pensant que cela ne dérangera pas Dieu ? Ça le dérange ! Cela dérange la nature tout entière, et la façon dont Il a établi les choses, toujours.

Loi, loi, loi ! Les tentations, les difficultés, les capitulations, les conséquences… toutes ces choses font partie de la vie. C’est la façon dont le Seigneur a formé toute chose. Nous savons, toutefois, qu’il y a un espoir certain de perfection et de victoire en Lui, et comme Paul a exhorté, « courons vers le but pour remporter le prix de l’appel céleste de Dieu en Jésus-Christ » (Philippiens 3:14 SG21). Notre espoir est certain.

En résumé : Ne nous condamnons pas nous-mêmes pour les tentations qui sont là ou pour nos inclinaisons charnelles à nous livrer à ces tentations. Ce sont des faits que nous ne pouvons éviter, étant soumis à ceux-ci et à toute vanité. Mais réjouissons-nous de ce que le Seigneur nous ait donné le moyen d’en sortir, démontrant ainsi Son pouvoir et Sa gloire.

« Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine. Dieu est fidèle, et Il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation Il préparera le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter » (1 Corinthiens 10:13 SG21).

J’ai ressenti un besoin d’exprimer ces choses, particulièrement dans le contexte sexuel, depuis quelque temps déjà. J’espère que j’ai raison et que ceci en aidera beaucoup.

Victor Hafichuk

May 10, 2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *