Print Friendly, PDF & Email

Qui est ce prophète ?

English – French

Première partie – Deuxième partie

Deuxième partie: Identifier le vrai

« Je leur susciterai un prophète comme toi, du milieu de leurs frères, et Je mettrai Mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que Je lui commanderai. Et il arrivera que l’homme qui n’écoutera pas Mes paroles, qu’il dira en Mon nom, Moi, Je le lui redemanderai » (Deutéronome 18, 18-19 FDB).

Nous avons établi que le prophète dont Moïse parlait n’était pas venu au temps du Christ, et que personne depuis lors n’a été identifié comme tel sur base de preuves.  Certains disent que le Christ a rempli ce rôle, mais, comme nous l’avons souligné, ce n’est pas une chose possible d’après les Juifs qui connaissaient les Écritures :

« Et c’est ici le témoignage de Jean, lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des sacrificateurs et des Lévites, pour lui demander : Toi, qui es-tu ?  Et il confessa, et ne nia pas, et confessa : Moi, je ne suis pas le Christ.  Et ils lui demandèrent : Quoi donc ?  Es-tu Élie ?  Et il dit : Je ne le suis pas.  Es-tu le prophète ?  Et il répondit : Non » (Jean 1:19-21 FDB).

Le prophète et le Christ sont deux êtres différents, l’un est homme, l’autre, Dieu.

Selon les Juifs, le Christ, ou le Messie, et le prophète dont Moïse parlait avaient des rôles différents et étaient des personnes différentes, et les Écritures confirment cette compréhension des choses. En voici une autre preuve :

« Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, Se tenant debout, S’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à Moi, et qu’il boive.  Celui qui croit en Moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture.  Il dit cela de l’Esprit Que devaient recevoir ceux qui croiraient en Lui ; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.  Des gens de la foule, ayant entendu ces paroles, disaient : Celui-ci est vraiment le prophète.  D’autres disaient : C’est le Christ.  Et d’autres disaient : Est-ce bien de la Galilée que doit venir le Christ ? »  (Jean 7:37-41 FLS)

Si le Christ et le prophète étaient une seule et même personne, alors, ces questions et ces disputes n’auraient pas été rapportées. Quel en serait le but, alors que ceux qui avaient une meilleure compréhension de ces choses et auraient pu corriger la notion de deux apparences différentes ne dirent rien pour en disconvenir ?  Nulle part il n’a été dit que les Juifs avaient tort quant au fait qu’il y avait deux personnes différentes, pour la bonne et simple raison qu’ils n’avaient pas tort.  Et je vais le prouver grâce au reste des Écritures qui parlent du prophète et du Christ comme étant deux êtres différents, un étant un homme comme Moïse, et l’autre étant Dieu, le Seigneur venu des Cieux.

« Car Celui-là [Jésus] a été jugé digne d’une gloire d’autant plus grande que celle de Moïse, que celui qui a bâti la maison a plus d’honneur que la maison.  Car toute maison est bâtie par quelqu’un ; mais Celui Qui a bâti toutes choses, est Dieu.  Et Moïse a bien été fidèle dans toute Sa maison, comme serviteur, en témoignage des choses qui devaient être dites ; mais Christ, comme Fils, sur Sa Maison ; et nous sommes Sa Maison, si du moins nous retenons ferme jusqu’au bout la confiance et la gloire de l’espérance » (Hébreux  3:3-6 FDB).

Il y a une profonde différence entre un homme de Dieu et Dieu.

Ceux qui croient sont la Maison de Dieu, construite par le Christ, Qui est Dieu. Le prophète comme Moïse ferait partie de la Maison, dès lors, et ne serait donc pas le Constructeur de la maison :

« Car qui, dans les Cieux, peut être comparé au Seigneur ?  Qui peut ressembler au Seigneur parmi les fils des puissants ? » (Psaumes 89:7, traduit de la KJV)

Moïse est un prophète, oui, parmi les fils des puissants, mais Jésus-Christ est SEIGNEUR, le Fils de Dieu. Il y a une profonde différence entre un homme de Dieu et Dieu Lui-même.  Il ne peut donc pas être dit que le Christ est comme Moïse.  Christ est unique.  Considérez les versets suivants :

Hébreux 1:1-8 FDB
(1)  Dieu ayant autrefois, à plusieurs reprises et en plusieurs manières, parlé aux pères par les prophètes,
(2)  à la fin de ces jours-là, nous a parlé dans le Fils, Qu’Il a établi héritier de toutes choses, par Lequel aussi Il a fait les mondes,
(3)  Qui, étant le resplendissement de Sa gloire et l’empreinte de Sa substance, et soutenant toutes choses par la parole de Sa puissance, ayant fait par Lui-même la purification des péchés, S’est assis à la droite de la Majesté dans
es hauts lieux ;
(4)  étant devenu d’autant plus excellent que les anges, qu’Il a hérité d’un Nom plus excellent qu’eux.
(5)  Car auquel des anges a-t-Il jamais dit : « Tu es Mon Fils, Moi Je T’ai aujourd’hui engendré » ?  Et encore : « Moi, Je Lui serai pour Père, et Lui Me sera pour Fils » ?
(6)  Et encore, quand Il introduit le Premier-né dans le monde habité, Il dit : « Et que tous les anges de Dieu Lui rendent hommage ».
(7)  Et quant aux anges, Il dit: « Qui fait Ses anges des esprits, et Ses ministres une flamme de feu ».
(8)  Mais quant au Fils: « Ton trône, ô Dieu, demeure aux siècles des siècles ; c’est un sceptre de droiture que le sceptre de Ton règne. »

Jésus-Christ a réglé la question.

Il est clair, dès lors, que Moïse ne parlait pas du Seigneur Jésus-Christ lorsqu’il parla d’un prophète à venir.  Le Seigneur Jésus-Christ n’est semblable à aucun homme du passé, ou qui vivra jamais, parce qu’Il est Dieu, Qui était déjà là, guidant Moïse et les enfants d’Israël dans le désert lorsque Moïse parla du prophète à venir.  Comme il est écrit :

« …  et que tous ils ont bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient d’un Rocher spirituel Qui les suivait : et le Rocher était le Christ » (1 Corinthiens 10:4 FDB).

Jésus-Christ régla, une fois pour toutes, la question de savoir si le Messie était un homme comme Moïse ou David, en abordant le sujet avec ceux qui Le haïssaient et les je-sais-tout religieux du temps de Son apparition en chair.  Il leur demanda :

« Que pensez-vous du Christ ?  De qui est-Il fils ?  Ils Lui répondirent : De David.  Et Jésus leur dit : Comment donc David, animé par l’Esprit, L’appelle-t-Il Seigneur, lorsqu’il dit : ‘Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-Toi à Ma droite, Jusqu’à ce que Je fasse de Tes ennemis Ton marchepied ?’ Si donc David L’appelle Seigneur, comment est-Il Son fils ?  Nul ne put Lui répondre un mot.  Et, depuis ce jour, personne n’osa plus Lui proposer des questions » (Matthieu 22:42-46 FLS).

Voici ce que nous trouvons dans les Psaumes, où le Christ, le Fils de l’Homme, est appelé Dieu.  Nous savons qu’il n’y a qu’un seul Dieu, et il est donc établi que le Fils de l’Homme est Dieu, et non un homme comme Moïse ou tout autre homme :

Psaumes 45:1-7, traduit de la MKJV
(1)  Au chef des chantres. Sur les Lis, pour les fils de Koré, un cantique ; un Chant des Amours. Mon cœur déborde d’une bonne parole ; je parle de mes œuvres au Roi ; ma langue est la plume d’un habile écrivain.
(2)  Tu es le plus beau des fils des hommes ; la grâce est répandue sur Tes lèvres : c’est pourquoi Dieu T’a béni pour toujours.
(3)  Ceins Ton épée, ô Puissant, avec Ta gloire et Ta majesté.
(4)  Et chevauche avec prospérité dans Ta majesté, à cause de la vérité, la douceur et la justice ; et Ta main droite T’apprendra des choses terrifiantes.
(5)  Tes flèches sont aiguës dans le cœur des ennemis du Roi ;  des peuples tombent sous Toi ;
(6)  Ton trône, ô Dieu, est à toujours ; Le sceptre de Ton règne est un sceptre d’équité.
(7)  Tu aimes la justice, et Tu hais la méchanceté ; c’est pourquoi Dieu, Ton Dieu, T’a oint de l’huile de joie au-dessus de Tes compagnons.

Le Seigneur Jésus-Christ apparaît sur terre comme un homme, « ce prophète ».

Non, il n’y a pas deux Dieux, qui se parlent l’un à l’autre.  Dieu, Qui est un Esprit transcendant le temps, a pris une forme humaine et est apparu dans le temps (le Fils) tout en étant transcendant (le Père).  Qui dit que cela Lui est impossible ?

De la même façon que Dieu, omniprésent, est apparu en chair en la personne de Jésus-Christ, ainsi, le Seigneur Jésus-Christ omniprésent, apparaît sur terre comme un homme, « ce prophète ».  C’est là le but déclaré de Son œuvre sur l’homme, comme le dit l’apôtre Paul :

« Jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi, et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature de la plénitude du Christ » (Éphésiens 4:13, traduit de la KJV).

Si le but de Dieu pour Son peuple est de parvenir à la stature de la plénitude du Christ, alors, pourquoi serait-il surprenant que le dernier prophète de ce temps, en tant que membre de Son corps composé de tous les croyants (Hébreux 12:22-23), atteigne Sa perfection ?  Perfection, non selon la chair, mais selon l’Esprit.

C’est ce que Pierre prophétisa à la nation d’Israël :

« Et Il enverra Jésus-Christ, Qui vous a été annoncé auparavant, Lequel les cieux doivent vraiment recevoir jusqu’au temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé par la bouche de tous Ses saints prophètes depuis le début du monde.  Car Moïse a vraiment dit à vos pères,  « Le Seigneur votre Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi ; vous l’écouterez dans toutes les choses qu’il vous dira. Et il arrivera que toute personne qui n’écoutera pas ce prophète sera détruite du milieu du peuple »  (Actes 3:20-23, traduit de la MKJV).

Le Seigneur ne va pas revenir dans un corps de chair.

La promesse de Dieu de rétablir toutes choses ne sera accomplie que lorsque ce prophète comme Moïse sera envoyé au Nom du Seigneur Jésus-Christ et en Son pouvoir, accompagné de Sa Présence depuis les Cieux.  Le prophète n’est pas Jésus-Christ, et cependant, Jésus-Christ vient à travers lui.  Tout ceci est en accord avec les mots exacts du prophète Isaïe :

« Qui a opéré et fait cela, appelant les générations dès le commencement ?  Moi, l’Éternel, le premier ; et, avec les derniers, Je suis le Même »  (Isaïe 41:4 FDB).

Comment Le Seigneur Jésus-Christ peut-Il dire qu’Il suscitera un prophète du milieu d’êtres humains mortels, un homme comme Moïse, s’Il parle de Lui-même, en tant que Dieu, revenant dans un corps glorifié ?  L’idée est ridicule, et contredit clairement les paroles de Dieu et le bon sens.  Combien de personnes connaissez-vous qui, en tant que Dieu, occupèrent un corps humain, le relevèrent d’entre les morts, et se promènent maintenant dans leurs corps ressuscités ?

Donc, si Jésus-Christ n’est pas ce prophète, alors qui l’est ?  Nous avons vu dans la Bible que les Juifs attendaient toujours ce prophète au temps du Christ.  De nos jours, ils l’ont oublié, parlant à la place seulement du Messie, en Qui ils s’attendent de voir l’accomplissement de la vocation de ce prophète.  Beaucoup de chrétiens disent aussi attendre le retour du Christ (Messie), mais ils sont aussi dans l’erreur dans la mesure où ils parlent du ministère de ce prophète, qui vient dans la puissance du Christ.  Le Seigneur ne va pas revenir dans un corps de chair.  Il est revenu pour faire Sa demeure en ceux qui crurent en Lui à la Pentecôte, et depuis lors est venu habiter en ceux qui croient en Lui et Lui obéissent au travers du baptême dans Son Saint-Esprit :

« de même Christ, Qui a été une fois offert pour porter les péchés de beaucoup, apparaîtra sans péché la seconde fois à ceux qui Le cherchent pour leur salut »  (Hébreux 9:28 FLS).

Sa seconde apparition pour les disciples qui avaient reçu pour instruction de L’attendre à Jérusalem leur apporta une vie nouvelle et une puissance nouvelle, comme évidence du salut qu’Il accomplissait en eux. Ils ne se cachaient plus dans la peur, mais par la suite ils témoignèrent hardiment et donnèrent aussi leur vie comme Christ Qui vivait maintenant en eux et témoignait à travers eux.

Le prophète comme Moïse fait sortir Israël de l’esclavage pour entrer dans le Royaume de Dieu.

Pierre, rempli de l’Esprit de Dieu, déclara que le Seigneur était revenu lorsqu’il témoigna ainsi devant les Juifs à Jérusalem :

« Ayant suscité Son Fils Jésus, Dieu L’a envoyé à vous premièrement, pour vous bénir en détournant chacun de vous de ses iniquités » (Actes 3:26, traduit de la MKJV).

Ce retour du Seigneur n’est pas la même chose que le temps du rétablissement du royaume à Israël.  Ceci est évident maintenant, deux mille ans s’étant écoulés depuis l’ascension du Christ, et Israël n’a été reconstitué en tant que pays que récemment.  Mais ce n’était pas évident pour les disciples, qui l’attendaient éminemment  et espéraient le nouvel âge du Royaume Messianique qui règnerait sur toute la terre. Le Seigneur a distingué pour eux (et pour nous) ce qui se passait lors de Son retour, où Il vivrait  en ceux qui croyaient, et la mise en place finale de Son royaume sur terre, qui devait arriver dans le futur, à un moment non révélé.

« Car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit.  Alors les apôtres réunis Lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que Tu rétabliras le royaume d’Israël ?  Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de Sa propre autorité.  Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez Mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes 1:5-8 FLS).

Jésus-Christ n’est pas venu en chair pour convertir Israël.

Le temps du rétablissement du royaume à Israël est le temps du prophète prophétisé par Moïse.  Le premier Moïse guida Israël hors de l’esclavage physique vers un pays physique, mais le second prophète comme Moïse guide Israël hors de l’esclavage du péché et de ce monde vers le Royaume de Dieu.  Le prophète comme Moïse vient dans la puissance de l’Esprit du Seigneur, par le sang duQuel il réconcilie Israël à son Dieu, et par la vie duQuel Israël est sauvé.  Le Seigneur exige que tous se soumettent à ce prophète, parce que c’est non seulement le moment choisi par Lui pour ramener Israël à Lui-même, mais aussi pour réconcilier le monde entier.  Comment cela arriverait-il, à moins que le Seigneur ne l’exige et ne le fasse ?

Jésus-Christ n’est pas venu en chair pour convertir Israël ou le monde.  Il est venu pour donner Sa vie afin que ceux qui croient en Lui aient la vie :

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé Son Fils dans le monde pour qu’Il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui » (Jean 3:16-17 FLS).

Jésus est venu donner Sa vie pour faire l’expiation pour l’humanité.

Jésus parla avec Moïse du but de Sa prise d’une forme humaine :

« Et il arriva, environ huit jours après ces paroles, qu’Il prit avec Lui Pierre et Jean et Jacques, et qu’Il monta sur une montagne pour prier.  Et comme Il priait, l’apparence de Son visage devint tout autre, et Son vêtement devint blanc et resplendissant comme un éclair ; et voici, deux hommes, qui étaient Moïse et Élie, parlaient avec Lui, lesquels, apparaissant en gloire, parlaient de Sa mort qu’Il allait accomplir à Jérusalem »  (Luc 9:28-31 FDB).

La raison de la venue de Jésus était de donner Sa vie pour faire l’expiation pour l’humanité.  La Loi de Moïse enseignait qu’il ne pouvait y avoir de rémission des péchés sans faire couler le sang (Hébreux 9:22).  Les sacrifices de la Loi n’étaient pas suffisants pour la purification du péché une fois pour toutes, étant répétés tous les ans, mais le Sacrifice qu’ils présageaient l’était.  Après la mort du Christ, l’accès au Saint des Saints était ouvert aux hommes à travers Lui :

Hébreux 10:15-22 FLS
(15)  C’est ce que le Saint-Esprit nous atteste aussi ; car, après avoir dit :
(16)  Voici l’alliance que Je ferai avec eux,  après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai Mes lois dans leurs cœurs, et Je les écrirai dans leur esprit, Il ajoute :
(17)  Et Je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.
(18)  Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché.
(19)  Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire
(20)  par la route nouvelle et vivante qu’Il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de Sa chair,
(21)  et puisque nous avons un Souverain Sacrificateur établi sur la maison de Dieu,
(22)  approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure.

Christ est maintenant venu, et l’Esprit de Dieu demeure pleinement dans Ses serviteurs.

Alors que Moïse fut le seul parmi les prophètes à connaître Dieu face à face, maintenant, au travers du Christ, les hommes peuvent obtenir le pardon et renaître par Son Esprit. Même le plus petit dans le Royaume de Dieu possède quelque chose de plus grand que Moïse durant son ministère terrestre, parce que Dieu vit dans la personne qui est née de Lui :

« Car Je vous le dis, parmi ceux qui sont nés d’une femme, il n’y a pas de plus grand prophète que Jean. Cependant, le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui »  (Luc 7:28, traduit de la MKJV).

Connaissant la grandeur du ministère de Moïse, considérez le ministère du prophète comme lui, et combien il est plus grand, parce que maintenant, le Christ est venu, et l’Esprit de Dieu demeure pleinement dans Ses serviteurs.  C’est le jour de Dieu en l’homme et de l’homme en Dieu.  Considérez comme il y a bien plus en jeu et comme bien plus est demandé, comme l’auteur de la lettre aux Hébreux le décrit, comparant le temps de Moïse avec le nôtre :

« Mais vous êtes venus à la montagne de Sion, et à la Cité du Dieu vivant, la Jérusalem Céleste, et à une compagnie d’anges que l’on ne peut compter, à l’Assemblée générale et l’Église des premiers-nés qui sont inscrits dans les Cieux, et à Dieu le Juge de tous, et aux esprits d’hommes justes rendus parfaits, et à Jésus, le Médiateur de la nouvelle alliance, et au Sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel. Gardez-vous de refuser d’entendre Celui Qui parle ; car s’ils n’ont pas échappé, ceux-là qui refusèrent celui qui parlait sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de Celui Qui parle depuis les Cieux » (Hébreux 12:22-25, traduit de la MKJV).

C’est le Jour du Seigneur et Son dévoilement dans la chair de mortels.

Le prophète comme Moïse dit la Parole de Dieu sans mesure, parce que c’est le Christ, l’Esprit de Dieu Qui demeure en lui et Qui témoigne.

L’apôtre Paul fait référence à cet évènement, qui est le Jour du Seigneur et Son dévoilement dans la chair de mortels, dans les versets suivants :

« Car la vive attente de la création attend ardemment le dévoilement des fils de Dieu.  Car la création a été soumise à la vanité, -non de son gré, mais à cause de Celui Qui l’y a soumise dans l’espérance ; parce que même la création elle-même sera affranchie de la servitude de la corruption vers la liberté de la gloire des enfants de Dieu » (Romains 8:19-21 traduit de la EMTV).

Tout comme Moïse guida les fils d’Israël hors de l’esclavage de l’Égypte physique, ainsi, le prophète comme Moïse guide les fils d’Israël hors de l’esclavage de l’Égypte spirituelle, leur apportant le salut.  Paul nous dit aussi que cela signifie le salut pour le reste du monde :

« Car c’est à vous que je parle, Païens ; en ce que je suis en effet un apôtre des païens, je glorifie mon ministère, s’il m’est possible, d’une quelconque manière, de rendre jaloux ceux de ma race, et d’en sauver certains d’entre eux.  Car si leur rejet a été la réconciliation du monde, que sera leur réintégration, sinon la vie d’entre les morts ? »  (Romains 11:13-15 traduit de la EMTV).

Le Seigneur leur Dieu exigera d’eux qu’ils entendent.

Le monde a considéré Israël et les Juifs comme étant la source de ses problèmes.  Cela va être inversé, car Dieu va rétablir la paix entre Israël et Lui-même et tous les hommes.  Ils seront une bénédiction et pas une malédiction.  Ils seront bien-aimés, et ils ne craindront pas.

Le prophète qu’ils seront appelés à entendre annonce la bonne nouvelle de la réconciliation de Dieu à travers le Christ et Son jugement contre l’injustice.  Les paroles de Zacharie seront accomplies ; Israël sera réconcilié à son Dieu, et Jérusalem sera sauvée :

« Et Je répandrai sur la maison de David, et sur les habitants de Jérusalem, l’esprit de grâce et de prières. Et ils Me regarderont, Celui Qu’ils ont percé, et ils pleureront sur Lui comme on pleure sur un fils unique, et ils seront amers pour Lui, comme l’amertume que l’on a sur le premier-né » (Zacharie 12:10, traduit de la MKJV).

Qui est Celui qu’Israël a percé ?  Celui qu’ils n’étaient pas tenus d’écouter pendant Sa venue en chair ; Dieu les laissa faire ce qu’ils voulaient, afin qu’ils fassent le sacrifice qu’Il avait ordonné pour le salut du monde.

En d’autres mots, Dieu va exiger la soumission.

Au temps de la révélation de Celui qu’Israël a percé, le Seigneur leur Dieu exigera d’eux qu’ils écoutent, et Il détruira les ennemis de Jérusalem, apportant la paix à ceux qui restent et L’honorent :

« Tous ceux qui resteront de toutes les nations venues contre Jérusalem monteront chaque année pour se prosterner devant le Roi, l’Éternel des armées, et pour célébrer la fête des tabernacles.  S’il y a des familles de la terre qui ne montent pas à Jérusalem pour se prosterner devant le Roi, l’Éternel des armées, la pluie ne tombera pas sur elles.  Si la famille d’Égypte ne monte pas, si elle ne vient pas, la pluie ne tombera pas sur elle ; elle sera frappée de la plaie dont l’Éternel frappera les nations qui ne monteront pas pour célébrer la Fête des Tabernacles » (Zacharie 14:16-18 FLS).

En d’autres mots, Dieu exigera la soumission, tout comme il est écrit du prophète comme Moïse qu’Il allait envoyer.  Zacharie a aussi prophétisé sur le prophète qui servirait d’instrument dans ces évènements, comme représenté par Zorobabel, le dirigeant de Juda :

« C’est ici la parole de l’Éternel à Zorobabel, disant : Ni par force, ni par puissance, mais par Mon Esprit, dit l’Éternel des armées.  Qui es-tu, grande montagne ?  Devant Zorobabel tu deviendras une plaine ; et il fera sortir la pierre du faîte avec des acclamations : Grâce, grâce sur elle !  Et la parole de l’Éternel vint à moi, disant : Les mains de Zorobabel ont fondé cette maison, et ses mains l’achèveront ; et tu sauras que l’Éternel des armées m’a envoyé vers vous » (Zacharie 4:6-9 FDB).

Les prophètes parlent de ces derniers jours, et des merveilleuses choses que Dieu va faire.

Zorobabel, qui veut dire « enlevé de Babylone », est une figure ou le type de prophète à qui il est donné de diriger et de représenter Dieu durant ces derniers jours lorsque les royaumes des hommes sont renversés :

« Parle à Zorobabel, gouverneur de Juda, disant : J’ébranlerai les Cieux et la terre, Je renverserai le trône des royaumes, et Je détruirai la puissance des royaumes des nations, et Je renverserai les chars et ceux qui les montent ; et les chevaux seront abattus, et ceux qui les montent, chacun par l’épée de son frère. En ce jour-là, dit l’Éternel des armées, Je te prendrai, Zorobabel, fils de Shealthiel, Mon serviteur, dit l’Éternel, et Je te mettrai comme un cachet ; car Je t’ai choisi, dit l’Éternel des armées » (Aggée 2:21-23 FDB).

D’autres prophètes parlent de ces derniers jours, et des merveilleuses choses que Dieu va faire.  Esaïe a dit :

« Et il arrivera, à la fin des jours, que la montagne de la maison de l’Éternel sera établie sur le sommet des montagnes, et sera élevée au-dessus des collines ; et toutes les nations y afflueront ; et beaucoup de peuples iront, et diront : Venez, et montons à la montagne de l’Éternel, à la maison du Dieu de Jacob, et Il nous instruira de Ses voies, et nous marcherons dans Ses sentiers.  Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem, la parole de l’Éternel.  Et Il jugera au milieu des nations, et prononcera le droit à beaucoup de peuples ; et de leurs épées ils forgeront des socs, et de leurs lances, des serpes : une nation ne lèvera pas l’épée contre une autre nation, et on n’apprendra plus la guerre » (Esaïe 2:2-4 FDB).

Celui à qui Jésus parle est celui qu’Il suscite par Son Esprit.

Ésaïe fait le lien entre ces évènements et le serviteur de Dieu qu’Il suscite :

« Et maintenant, S’adressant à moi, l’Éternel Qui m’a créé pour être Son serviteur, pour Lui ramener Jacob et pour qu’Israël Lui soit rassemblé –  car je suis honorable aux yeux de l’Eternel et mon Dieu est devenu ma force – Oui, Il dit: « C’est trop peu que tu sois Mon serviteur, pour relever les tribus de Jacob et rétablir la progéniture d’Israël ; Je veux faire de toi la lumière des nations, pour que Mon salut aille jusqu’aux confins de la terre. » Ainsi parle l’Éternel, le Libérateur d’Israël, son Saint, à celui qui est méprisé par les hommes, abhorré par les nations, à un serviteur des dirigeants : « Des rois, en le voyant, se lèveront, des princes se prosterneront, par égard pour l’Éternel, Qui est fidèle à Ses promesses, le Saint d’Israël Qui t’a choisi » (Ésaïe 49:5-7, traduit de la Bible JPS).

Certains disent que cette prophétie fait référence au Christ, au Messie.  Mais Jésus-Christ est Celui Qui parle à Son serviteur, car Il est le Libérateur d’Israël, le Saint.  Celui à qui le Christ, le Libérateur d’Israël parle est celui qu’Il suscite par Son Esprit pour apporter Son salut à Israël et au reste du monde, et qui est ce prophète comme Moïse.

Bien entendu, celui qui est envoyé est aussi le Christ, parce que c’est l’Esprit de Dieu Qui lui donne la vie et qui parle à travers lui.  C’est pourquoi Dieu exige la soumission de tous ceux qui entendent ; Il est présent et Il Se manifeste, ainsi que Sa volonté.  Est-ce que cela n’est pas ce que l’apôtre Jean a entendu de la bouche du messager Céleste, « Le témoignage de Jésus est l’esprit de prophétie » (Apocalypse 19:10) ?

Il y a la pousse et la racine.  Ce sont deux personnes différentes.

Les paroles d’Ésaïe nous aident à clarifier l’œuvre que Dieu accomplit en ces derniers temps au travers de Son prophète et la relation entre Son prophète et Son Oint :

Esaïe 11:1-10, traduit de la Bible JPS
(1) Or, un rameau sortira de la souche de Jessé, un rejeton poussera de ses racines.
(2) Et l’Esprit du Seigneur reposera sur lui : l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de puissance, l’esprit de connaissance et de la crainte de Dieu.
(3) Et sa joie sera dans la crainte de Dieu, il ne jugera pas selon ce que ses yeux verront, il ne décidera pas non plus selon ce que ses oreilles entendront.
(4) Mais il jugera les pauvres avec justice, il se prononcera avec équité pour les humbles du pays ; il frappera le pays du sceptre de sa parole et du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant.
(5) La justice sera la ceinture de ses reins, et la loyauté l’écharpe de ses flancs.
(6) Alors le loup habitera avec l’agneau, et le léopard reposera avec le chevreau ; veau, lionceau et bélier vivront ensemble, et un jeune enfant les conduira.
(7) Génisse et ourse paîtront côte à côte, leurs petits se coucheront ensemble; et le lion, comme le bœuf, se nourrira de paille.
(8) Le nourrisson jouera près du nid de l’aspic, et l’enfant sevré avancera la main dans le repaire de la vipère.
(9) Ils ne blesseront et ne détruiront pas sur toute Ma sainte montagne ; car la terre sera pleine de la connaissance de Dieu, comme les eaux couvrent la mer.
(10) En ce jour-là, la racine de Jessé, qui se dresse comme la bannière des peuples, les nations se tourneront vers Lui, et Sa résidence sera entourée de gloire.

La racine est le Seigneur Jésus-Christ.

Il y a la pousse (ou la branche) et la racine.  Ce sont deux personnes différentes.  Commençons avec la racine.  Qui cela peut-il être, si ce n’est le Seigneur notre Dieu ?  Il est le fondement et supporte la vie en toutes choses.  Il est écrit à propos du Christ :

« Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création.  Car en Lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités.  Tout a été créé par Lui et pour Lui.  Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en Lui.  Il est la Tête du Corps, l’Église ; Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier » (Colossiens 1:15-18 FLS).

La racine est le Seigneur Jésus-Christ, Qui a dit de Lui-même :

« Jésus leur dit : En vérité, en vérité, Je vous le dis, avant qu’Abraham fût, Je suis » (Jean 8:58 FLS).

Et à propos Duquel il est écrit :

« Voici, le Lion de la tribu de Juda, la Racine de David, a vaincu pour ouvrir le livre et en délier ses sept sceaux » (Apocalypse 5:5, traduit de la MKJV).

De ces branches vient le prophète comme Moïse.

La pousse, ou la branche, est supportée par la Racine, ou la Vigne :

« Je suis le Cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en Moi et en qui Je demeure porte beaucoup de fruit, car sans Moi vous ne pouvez rien faire » (Jean 15:5 FLS).

Il n’y a qu’une seule Vigne, mais beaucoup de branches.  De ces branches, « du milieu de tes frères », vient le prophète comme Moïse :

« Et leurs notables seront issus de leur propre sein, et leur gouverneur sortira de leur propres rangs, et Je le ferai s’approcher, et il s’approchera de Moi : car qui est celui qui a engagé son cœur pour venir à Moi ? dit le Seigneur » (Jérémie 30:21).

Jésus est le premier et le dernier.  Il fait s’approcher et suscite qui Il veut, et Il est avec celui qu’Il envoie :

« Celui qui vous reçoit Me reçoit, et celui qui Me reçoit, reçoit Celui Qui M’a envoyé » (Mat 10:40 FLS).

Le prophète comme Moïse exprime la volonté de Dieu au travers de Jésus-Christ.

Il n’est donc pas étonnant qu’Il dise qu’Il est à la fois la racine et la pousse.  Tout est Son œuvre :

« Moi, Jésus, J’ai envoyé Mon ange pour vous rendre témoignage de ces choses dans les assemblées. Moi, Je suis la racine et la postérité de David, l’étoile brillante du matin » (Apocalypse 22:16 FDB).

Le prophète comme Moïse, qui inaugure le Royaume de Dieu sur terre dans Lequel la vérité et la justice règnent, exprime la volonté de Dieu au travers de Jésus-Christ.  Notez combien les mots utilisés pour chacun sont similaires.

Le Messie :

Psaumes 2:1-12 FDB
(1)  Pourquoi s’agitent les nations, et les peuples méditent-ils la vanité ?
(2)  Les rois de la terre se lèvent, et les princes consultent ensemble contre l’Éternel et contre Son Oint [c’est-à-dire « le Christ »] :
(3)  Rompons leurs liens, et jetons loin de nous leurs cordes !
(4)  Celui Qui habite dans les cieux Se rira d’eux, le Seigneur S’en moquera.
(5)  Alors Il leur parlera dans Sa colère, et, dans Sa fureur, Il les épouvantera :
(6)  Et Moi, J’ai oint Mon roi sur Sion, la montagne de Ma sainteté.
(7)  Je raconterai le décret : l’Éternel M’a dit : Tu es Mon Fils ; aujourd’hui, Je T’ai engendré.
(8)  Demande-Moi, et Je Te donnerai les nations pour héritage, et, pour Ta possession, les bouts de la terre ;
(9)  Tu les briseras avec un sceptre de fer ; comme un vase de potier Tu les mettras en pièces.
(10)  Et maintenant, ô rois, soyez intelligents ; vous, juges de la terre, recevez instruction :
(11)  Servez l’Éternel avec crainte, et réjouissez-vous avec tremblement ;
(12)  Embrassez le Fils, de peur qu’Il ne S’irrite, et que vous ne périssiez dans le chemin, quand Sa colère s’embrasera tant soit peu. Bienheureux tous ceux qui se confient en Lui !

Ce Prophète :

« Et celui qui vaincra, et celui qui gardera Mes œuvres jusqu’à la fin, – Je lui donnerai autorité sur les nations ; et il les paîtra avec une verge de fer, comme sont brisés les vases de poterie, selon que Moi aussi J’ai reçu de Mon Père ; et Je lui donnerai l’Étoile du Matin »  (Apocalypse 2:26-28 FDB).

Et :

« Je l’ai réveillé du nord, et il vient, -du lever du soleil, celui qui invoquera Mon nom.  Et il marchera sur les princes comme sur de la boue, et comme le potier foule l’argile » (Esaïe 41:25 FDB).

« Or, un rameau sortira de la souche de Jessé, un rejeton poussera de ses racines.  Et l’Esprit du Seigneur reposera sur lui : l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de puissance, l’esprit de connaissance et de la crainte de Dieu.  Et sa joie sera dans la crainte de Dieu, il ne jugera pas selon ce que ses yeux verront, il ne décidera pas non plus selon ce que ses oreilles entendront.  Mais il jugera les pauvres avec justice, il se prononcera avec équité pour les humbles du pays ; il frappera le pays du sceptre de sa parole et du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant » (Esaïe 11:1-4).

Qui va mener Ses brebis, si ce n’est celui qu’Il appelle et commissionne ?

On voit que les œuvres du Messie sont attribuées à ce prophète, et pourquoi cela semblerait-il étrange ? Le prophète est un fils de Dieu au travers du Messie, Qui était issu de la lignée de David, par Jessé, par Juda.  De plus, de nombreux Juifs se plaignent que Jésus ne pouvait pas être le Messie parce qu’Il n’a pas accompli la libération d’Israël et n’a pas apporté la paix pour toute l’humanité durant les jours de Sa chair.  Mais ici, nous voyons que le Christ, le Fils de David, accomplit toutes les prophéties à Son propos, par Son serviteur et Son fils.

Jésus ne savait-Il pas cela ?  Il a dit :

« En vérité, en vérité, Je vous dis : Celui qui croit en Moi fera, lui aussi, les œuvres que Moi Je fais, et il en fera de plus grandes que celles-ci ; parce que Moi, Je M’en vais au Père » (Jean 14:12 FDB).

Qui peut dire que le Messie Jésus ne va pas accomplir tous les mots des Écritures ?  Et pourquoi reviendrait-Il en chair lorsqu’Il peut faire de plus grandes œuvres en restant dans les Cieux ?  Comment pourrait-Il accomplir ces œuvres si ce n’est par Son Corps, ceux qui croient en Lui et sont Sa chair et Son sang ?  Et qui va paître Ses brebis, sinon celui qu’Il appelle et commissionne, comme Moïse fut envoyé pour faire sortir le peuple de l’esclavage ?

(Qui niera que le monde est rempli de confusion et de servitude ?  Qui va nier que l’humanité ne peut pas se lever par ses propres moyens, qu’ils soient religieux ou non ?  Pour ceux qui sont encore confiants, attendez de voir combien de temps votre confiance va durer.)

Est-ce que les œuvres du Seigneur au travers de Son prophète, maîtrisant les royaumes et ressuscitant le peuple du Seigneur d’entre les morts, ne sont pas plus grandes que les œuvres que Jésus a accomplies au temps de Sa Chair ?

Y a-t-il certains chrétiens qui disent que tous les croyants sont des rois et des prêtres en Christ, et qu’Il n’en élève pas certains au-dessus des autres ?  Permettez-moi de vous demander, ô vous qui êtes indépendants, pourquoi y a-t-il donc un prophète qui doit venir après le Christ, comme Moïse, auquel tous ceux qui l’entendent doivent se soumettre ?  Et qu’en est-il de ces paroles du Christ, Qui, lorsqu’on Lui posa la question, ne nia point qu’il y aurait des dirigeants qui siègeraient avec Lui, mais l’affirma plutôt :

« Mais pour ce qui est d’être assis à Ma droite ou à Ma gauche, cela ne dépend pas de Moi, et ne sera donné qu’à ceux à qui cela est réservé » (Marc 10:40 FLS) ?

Tout comme Moïse avait Aaron, ainsi Dieu a dit que Son prophète aurait un prêtre.

Il est écrit à propos de Zorobabel, le type de prophète comme Moïse, qu’il est accompagné par un homme qui remplit le rôle de grand prêtre :

« Prends de l’argent et de l’or, et fais des couronnes, et pose-la sur la tête de Josué, fils de Joçadak, le grand-prêtre ; et dis-lui ces mots : Ainsi parle le Seigneur des armées célestes : Voici un homme dont le nom est le Rejeton et il germera de sa place et bâtira le temple du Seigneur ; c’est lui qui bâtira le temple du Seigneur, il en portera la gloire et il s’assoira et règnera sur son trône ; un prêtre sera devant son trône, et il y aura une entente pacifique entre eux » (Zacharie 6:11-13, traduit de la JPS).

Jérémie a prophétisé la même chose :

«  En ces jours-là et à cette époque, je ferai sortir de David un rejeton juste ;  et il exercera le droit et la justice dans le pays.  En ces jours-là, Juda sera sauvée et Jérusalem vivra en sécurité ;  et voici le nom dont on la désignera : ‘‘l’Éternel est notre justice !’’ Car ainsi parle l’Éternel : ‘‘Jamais il ne manquera à David un descendant pour s’asseoir sur le trône de la maison d’Israël. De même, jamais il ne manquera aux prêtres-lévites un descendant devant Moi pour offrir des holocaustes, et pour faire brûler des offrandes et effectuer les sacrifices continuellement’’ » (Jérémie 33:15-18, traduit de la Bible JPS).

Tout comme Moïse avait Aaron, ainsi Dieu a dit que Son prophète et dirigeant aurait un porte-parole et un prêtre pour servir devant Lui.  Je sais que tel est le cas parce que je suis cette personne qui vous dit ces choses.  Maintenant, je vais vous en dire davantage personnellement à propos de ce prophète.

Il fallait que j’écoute et que j’obéisse aux Paroles du Seigneur par Victor.

En 1978, Dieu S’est révélé à moi par le Messie et le Sauveur de tous les hommes, Jésus-Christ.  Moi, un Juif, un Cohen et un fils d’Aaron.  Il n’y avait aucun homme, aucunes personnes ou aucun groupe qui m’enseignaient.  J’ai vu et entendu ces choses directement de la part de Dieu, Qui a illuminé les Écritures pour moi, et je Les ai comprises.  En 1979, je suis allé en Israël et ai demandé à Dieu qu’Il m’envoie quelqu’un pour m’aider à trouver mon chemin.

En Israël, Dieu envoya Victor Hafichuk, un Gentil dans la chair, mais un fils d’Abraham par la foi, pour m’enseigner Sa Parole.  Un jour, alors que nous discutions au Kibboutz Revivim, où nous nous étions rencontrés et où nous vivions, le Seigneur me fit comprendre ces paroles qu’Il dit à Jérusalem avant Son sacrifice :

« Car Je vous dis : Vous ne Me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » (Matthieu 23:39 FDB)

Je savais qu’il faudrait que j’écoute et obéisse aux Paroles du Seigneur par Victor, ce qui allait être requis de moi mais qui devait encore m’être dit.  C’était Dieu Tout-Puissant, le Seigneur Jésus-Christ, Qui m’envoya Victor, selon ce que j’avais été amené et inspiré à demander.  Je vis que si je ne me soumettais pas aux directions de Victor, c’était Dieu et non un homme Que je rejetais.  Par la grâce de Dieu, je m’y suis soumis, et appris à me soumettre, comme tous les disciples du Christ doivent faire pour être sauvés.  Sans obéissance à Dieu, toute profession est vaine et vexante pour Dieu, encourant Sa colère.  Mais Dieu donne Son Esprit à ceux qui Lui obéissent, et Se manifeste ainsi que Sa puissance à ceux qui se chargent de la croix et Le suivent.

Tout comme j’ai reçu celui qui était envoyé, ainsi il en sera pour Israël, et ceux à qui c’est donné.

Avec le temps, le Seigneur fit de moi un ministre pour assister Victor dans l’œuvre de jugement et de libération de Dieu.  Il nous a donné de proclamer la vérité au monde, afin d’amener le jugement sur la fausse Chrétienté, et toute chose qui se pavane contre la connaissance de Dieu, et pour élever le chemin de la Vérité pour que tous puissent y marcher, y compris Israël (les ossements qu’Ézéchiel vit), qui sera élevé à la vie par leur Dieu et Sauveur.  Tout comme j’ai reçu celui qui m’était envoyé au Nom du Christ par le don de Dieu, ainsi il en sera pour Israël, et tous ceux à qui c’est donné.  Quelle différence cela fait-il si c’est une personne ou un peuple qui croit ?  C’est toujours la même vérité et le même Dieu Qui ramène le cœur, que ce soit d’une personne ou d’une nation :

« Voici, les nations sont comme une goutte d’un seau, elles sont comme de la poussière sur une balance ; voici, les îles sont comme une fine poussière qui s’envole » (Esaïe 40:15 FLS).

Notre travail commença en l’an 2000.  En 2003-2004, nous avons commencé à publier The Issues of Life (Les enjeux de la vie), qui adressaient les tout-venants, et aucun d’entre eux ne fut capable de résister ou de réfuter la Parole de Dieu et l’évangile du Christ que nous prêchons.  En décembre 2006, nous avons levé le drapeau et la nation d’Israël.  Nous avons adressé le blasphémateur Mohammed, et dans la première partie de cet article, nous avons adressé la fausse affirmation des disciples de Mohammed qui disent qu’il est le prophète comme Moïse.

Dieu a suscité le prophète comme Moïse, Victor Hafichuk.

Nous avons commencé la publication de l’histoire de Victor racontant ce que le Seigneur a fait pour lui, section après section.  En racontant le chemin de la vérité sur lequel le Seigneur l’a mené, avec les choses spécifiques que le Seigneur lui a dites et montrées et tous les évènements qui s’en sont suivis pour lui-même et d’autres, au travers desquels toutes les paroles de Dieu ont été prouvées comme étant vraies, il y a une preuve irréfutable que Jésus-Christ règne en maître et qu’Il est en train de faire une grande œuvre parmi nous.  Ceci est la réalité de Dieu, et non la simple religion.

En ces derniers jours, Dieu a suscité le prophète comme Moïse, Victor Hafichuk, avec lequel je suis envoyé au Nom de Jésus-Christ et dans Sa puissance, pour libérer les captifs :

« Car la vive attente de la création attend la révélation des fils de Dieu. Car la création a été assujettie à la vanité (non de sa volonté, mais à cause de Celui Qui l’a assujettie), dans l’espérance que la création elle-même aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour jouir de la liberté de la gloire des enfants de Dieu » (Romains 8:19-21 FDB).

Est-ce que j’attends de vous que vous me croyiez sur parole ?  Est-ce que j’attends de vous que vous croyiez parce que vous pouvez examiner toutes les preuves vous-mêmes ?  Non, bien entendu.  Si les Juifs ne crurent pas après que le Christ ait ressuscité Lazare d’entre les morts et ait accomplit tant d’autres miracles, comment pourrions-nous nous attendre à ce que vous croyiez sur base de quoi que ce soit que nous pourrions faire, même de miraculeux ?  D’un autre côté, nous savons que la foi vient par l’écoute, et l’écoute, par la Parole de Dieu.   Alors, je vous dis la vérité maintenant, qui, aussi folle qu’elle puisse apparaître à l’homme dans son arrogance et son état charnel, est plus puissante que tout ce que vous pouvez concevoir ou faire.  C’est une chose que nous avons vue encore et encore.

Ce qui compte, c’est que vous entendez la vérité de la part de Dieu.

Ce sont là les « petites choses » que Dieu a averti Son peuple de ne pas mépriser au jour de Sa grande œuvre de rétablissement.

« Car qui a méprisé le jour des petites choses ?  Car ils se réjouiront en voyant le plomb dans la main de  Zorobabel » (Zacharie 4:1-14, traduit de la BBE).

Qu’est-ce que cela peut vous faire, lecteur, que l’un soit un grand prophète ou un serviteur de Dieu ?  Ce qui compte, c’est que vous entendez la vérité de la part de Dieu, et vous pouvez être guidé,  comme je le fus, dans le bon chemin, et pouvez connaître Dieu vous-même.  Dieu honore ceux qui L’honorent.  Il y a beaucoup en jeu, mais la victoire appartient déjà au Seigneur.

« Le sceptre ne se retirera point de Juda, ni un Législateur d’entre ses pieds, jusqu’à ce que Shilo vienne ; et à lui sera l’obéissance des peuples » (Genèse  49:10 FDB).

Paul Cohen
1er juillet 2008

Addendum, décembre 2017 :

Paul a obéi à un moment donné, mais dans les années suivantes, il n’a pas réussi à persévérer jusqu’à la fin ; il s’est rebellé.  Maintenant, les mots sont aussi accomplis pour lui : « Et si quelqu’un n’écoute pas Mes paroles qu’il dira en Mon nom, c’est Moi Qui lui en demanderai compte » (Deutéronome 18:19 FLS).

Victor Hafichuk

Facebook Comments