Print Friendly, PDF & Email

L’argument en faveur de l’appel à sortir

Afrikaans – Chinese – EnglishFrenchSpanish

« C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et Je vous accueillerai.  Je serai pour vous un Père, Et vous serez pour Moi des fils et des filles, Dit le Seigneur Tout-Puissant »  (2 Corinthiens 6:17-18 FSL).

« Partez, partez, sortez de là ! Ne touchez rien d’impur ! Sortez du milieu d’elle [Babylone] ! Purifiez-vous, vous qui portez les vases de l’Éternel ! »  (Isaïe 52:11 FSL).

« Et j’entendis du Ciel une autre voix qui disait : Sortez du milieu d’elle, Mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux » (Apocalypse 18:4 FSL).

« Je hais l’assemblée de ceux qui font le mal, Je ne m’assieds pas avec les méchants » (Psaumes 26:5 FSL).

« N’enlève pas mon âme avec les pécheurs, Ma vie avec les hommes de sang,  Dont les mains sont criminelles Et la droite pleine de présents ! » (Psaumes 26:9-10).

Mais la Mère des prostituées, Mystère, Babylone la Grande, et ses filles entrent en scène et disent : « N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns… » (Hébreux 10:25 FSL).

Les gens ne savourent pas les choses de Dieu mais les choses des hommes.

Cette dernière Écriture est le verset favori que la personnification de la fausse religion utilise comme arme, comme justification de ses prostitutions.  C’est l’excuse utilisée par tous les pécheurs et adultères religieux, par des fous aveugles et égoïstes qui n’aiment pas Dieu, mais s’aiment eux-mêmes et les plaisirs.  C’est l’excuse souvent utilisée pour faire semblant de servir Dieu afin d’apaiser sa conscience, tout en recherchant les avantages sociaux, en jouant à des petits jeux, et en se baignant dans les louanges des hommes.  Bien que ce soit une exhortation et une admonition saine et donnée par Dieu, elle est mal appliquée avec froideur par des gens remplis de fausseté qui souhaitent construire leur royaume au Nom de Jésus-Christ et qui feignent de contribuer à l’avancement de Son Royaume.  Les gens aiment que les choses soient ainsi parce qu’ils ne savourent pas les choses de Dieu mais les choses des hommes.

« Cependant, même parmi les chefs, plusieurs crurent en Lui ; mais, à cause des pharisiens, ils n’en faisaient pas l’aveu, dans la crainte d’être exclus de la synagogue.  Car ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu » (Jean 12:42-43 FSL).

N’est-ce pas là la raison pour laquelle les gens ne veulent pas sortir des systèmes des églises ?  Ils veulent faire ce qui leur plaît, en compagnie de gens qui veulent aussi faire ce qui leur plaît. Dès lors, tout le monde fait ce qui lui plaît. Mais le plus grand péché qui s’ajoute au précédent est qu’ils le font tous au Nom du Seigneur Jésus-Christ, l’adorant en paroles, alors que leurs cœurs sont éloignés de Lui.

Dieu demande l’obéissance, et Il tient les œuvres de substitution en horreur.  Lorsque le Roi Saül décida de sacrifier au Seigneur ce qu’il aurait dû détruire, non seulement Samuel le corrigea, mais il lui dit aussi que sa consécration était terminée, que Dieu l’avait rejeté en tant que Roi d’Israël (1 Samuel 15:22-23).

Blé, sors ; sors, sinon tu vas être dévoré.

Une multitude de gens offrent à Dieu ce qu’ils devraient détruire.  Le Seigneur, cependant, ne veut pas des offrandes et des sacrifices ; Il veut l’obéissance.  Les églises et leurs systèmes Lui offrent des abominations, pensant Lui rendre service et Lui montrer leur révérence, mais Il n’a jamais demandé des offices religieux.  Il n’a jamais demandé des projets de constructions d’églises, toutes sortes d’extravagances, de formalités, de cérémonies, de rituels ou de beaux vêtements.  Au lieu de cela, Il a dit : « Je hais, Je méprise vos fêtes, Je ne puis sentir vos assemblées. Quand vous Me présentez des holocaustes et des offrandes, Je n’y prends aucun plaisir ; Et les veaux engraissés que vous sacrifiez en actions de grâces, Je ne les regarde pas »
(Amos 5:21-22 FSL).

Les Saints ne doivent pas abandonner l’assemblée, bien entendu, mais quelle assemblée ?  Nous ne devons pas abandonner l’assemblée de nous-mêmes ensemble. Il y a une assemblée qui est juste et une qui ne l’est pas :

« Ils ne crient pas vers Moi dans leur cœur, lorsqu’ils se lamentent sur leur couche ; ils se rassemblent pour avoir du blé et du vin, et ils se rebellent contre Moi »  (Osée 7:14 traduit de la KJV).

« Oh ! Si j’avais au désert une cabane de voyageurs, j’abandonnerais mon peuple, je m’en éloignerais ! Car ce sont tous des adultères, c’est une troupe de perfides » (Jérémie 9:2 FSL).

Nous ne devons pas être attachés à des incroyants.  Comme il est écrit:

« Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ?  Ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ?  Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ?  Ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ?  Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? » (2 Corinthiens 6:14-16 FSL).

Le blé s’assemble avec le blé et non avec l’ivraie, à moins que le blé ne souhaite être lié avec l’ivraie et brûlé.  Nombreux sont ceux qui s’assemblent, et qui le font au Nom du Seigneur, mais ils ne s’assemblent pas par le Seigneur.  Donc le blé et l’ivraie ont poussé ensemble comme le Seigneur l’a permis.  Mais maintenant, il faut qu’une séparation s’opère.

Blé, sors ; sors, sinon tu vas être dévoré.  Sois rassemblé dans le Seigneur, et non en Satan.  Fais la volonté de Dieu et non la tienne.  Bien entendu, les plaisirs d’Égypte sont désirés et aimés par l’homme charnel, mais ne savez-vous pas que l’homme charnel est condamné ?  N’êtes-vous pas d’accord avec Moïse lorsqu’il dit qu’il vaut mieux être compté avec Dieu et Son peuple qu’avec les hommes ?  Les trésors des Cieux ne doivent-ils pas être estimés comme ayant infiniment plus de valeur que ceux d’Égypte (Hébreux 11:24-26) ?  N’est-il pas mieux de souffrir avec le Seigneur en dehors de la ville, sur la terre, afin que nous puissions entrer dans la cité de Dieu, au Ciel (Hébreux 13:12-14) ?

Dieu vous dit de sortir – mais non, vous êtes plus apte à juger.

Vous ne pouvez pas avoir le beurre et l’argent du beurre.  Vous êtes rassemblé soit avec le blé, soit avec l’ivraie.  Ceux qui sont passifs seront jetés dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.  Ceux qui ménagent la chèvre et le chou, et ceux qui font des compromis périssent.  L’homme double d’esprit ne reçoit rien de Dieu.  Il n’y a que ceux qui persévèrent jusqu’à la fin qui sont sauvés, ceux qui s’identifient au Seigneur Jésus ici sur terre, « sortant du milieu d’eux », et ne touchant même rien d’impur.

Il est souvent dit que lorsque l’on arrive au Ciel, nous serons tous un – plus d’étiquettes ou de confessions religieuses.  Cependant, Jésus pria « Que Ta volonté soit faite sur la terre comme au Ciel. »  Comment se fait-il donc que vous pensez pouvoir approuver l’appartenance à des confessions religieuses ici sur terre si la volonté de Jésus-Christ est différente ?  Si vous ne faites pas Sa volonté ici et maintenant, comme Il l’exige, comment pouvez-vous espérer obtenir Sa faveur ?  Ne serez-vous pas compté parmi ceux qui ne la méritent pas ?

Si vous aimez les louanges des hommes plus que la louange de Dieu, Il ne vous recevra pas.  Vous vous leurrez. Jésus a aussi dit : « Quiconque Me confessera devant les hommes, Je le confesserai aussi devant le Père. Quiconque Me reniera devant les hommes, Je le renierai aussi devant le Père. »

« Ah », dites-vous, « c’est le but.  C’est la raison pour laquelle je vais à l’église !  J’y vais pour communier avec les autres et pour leur être un témoignage !  J’y vais pour tendre la main, et pour rendre un culte au Seigneur. » Je vous déclare solennellement que vous offrez les sacrifices du Roi Saül.

J’entends les bêlements des moutons et les mugissements des bœufs en fond sonore (lisez 1 Samuel, chapitre 15).  Votre « obéissance » n’est, en vérité, que rébellion et sorcellerie.  Dieu vous dit de sortir – mais non, vous êtes plus apte à juger, vous allez garder les moutons pour les sacrifier au Seigneur.  Votre entêtement est iniquité et idolâtrie.  Hypocrite ! Vous adorez le Seigneur avec vos lèvres, mais dans votre cœur, vous faites ce que vous croyez être le mieux.

« Et chacun faisait ce qui lui semblait bon. » (Juges)

Les « églises » de ce monde ne sont pas les vraies appelées.

Vous n’êtes pas en position de pouvoir tendre la main aux autres.  Vous vous tenez en haute estime comme si vous aviez une quelconque valeur pour Dieu.  Cependant, si vous êtes là, dans ces systèmes religieux, c’est pour vous exalter vous-même et non Dieu.  Comment pouvez-vous être Son témoin alors qu’Il n’est pas avec vous parce que vous n’êtes pas avec Lui ?  Il est temps pour vous de considérer qu’une poutre doit être enlevée de votre œil avant que vous ne puissiez commencer à « tendre la main ».

J’ai parlé à des gens que Dieu avait appelés à sortir.  Ils sont restés dans leurs églises avec leurs amis et les membres de leur famille et ont péri, ou ils n’ont jamais reçu la vie parce qu’ils ont désobéi.

(Soit dit en passant, l’Église est composée des gens qui sont appelés – le mot « église », ou « ecclésia », veut dire « la congrégation de ceux qui sont appelés ».)

Les « églises » de ce monde, visibles, acceptées et reconnues ne sont pas les vraies appelées.  Elles appartiennent au monde et le monde les écoute et les aime.  Elles ne souffrent aucune persécution.  Les hommes en font les éloges.  Écoutez-moi maintenant : elles ne sont pas appelées à sortir par Dieu, mais appelées à entrer par les hommes.

Leurs dirigeants ne sont pas appelés par Dieu, mais engagés et entraînés par les hommes.  Leurs ordinations sont de ce monde et non du Ciel.  Cherchez dans les Écritures et vous ne trouverez pas un seul homme de Dieu qui ait entrepris une étude systématique pour une période définie et qui ait reçu une sorte de  diplôme ou de licence.  Pas un seul homme de Dieu n’a perçu un salaire.  Pas un seul homme de Dieu ne s’est fait appeler « Révérend » ; Jésus nous a dit de n’appeler personne « Père » (Matthieu 23:8-10).  Aucun homme de Dieu n’était assujetti à une confession religieuse – aucun n’était un pharisien, un sadducéen, un scribe, un essénien ou aucune autre secte.  L’apôtre Paul s’est directement élevé contre le confessionnalisme (1 Corinthiens 1:12-15).  Tous les hommes de Dieu furent et sont appelés à sortir, et ils vinrent et viennent du dehors :

« Et l’enfant croissait et se fortifiait en esprit ; et il fut dans les déserts jusqu’au jour de sa manifestation à Israël » (Luc 1:80 FDB).

Vous restez dans la religion parce que vous aimez Mammon.

Le Fils de Dieu Lui-même n’appartenait à aucune des sectes, à la prêtrise, ou à la classe dirigeante, ou au Sanhédrin en particulier.  Il venait du dehors, comme le sont ceux qui Lui appartiennent et qui Lui obéissent.

Cependant, vous, vous voulez garder vos péchés, vos plaisirs, l’acceptation des hommes, l’amusement, les bénéfices sociaux tels que les contacts d’affaires, vos clients, vos connexions, et l’argent, soit Mammon.  Vous restez dans la religion parce que vous aimez Mammon, les choses créées sur lesquelles l’argent a du pouvoir.  Vous voulez avoir votre place dans la société, et il est si facile d’avoir sa place dans un cercle de personnes qui pensent de la même manière.

« Un petit service en vaut un autre ; ignorez mes péchés et mes manques et j’en ferai de même pour vous. »  C’est tellement facile d’avoir une place, de s’asseoir sur un banc d’église, et d’écouter un homme parler pendant une heure ou deux par semaine, les yeux rivés sur l’arrière de la tête de la personne de devant, et d’appeler ça communion dans le Seigneur.  C’est tellement merveilleux d’être touché (si vous l’êtes), d’entendre des choses plaisantes, d’avoir un mouchoir trempé de larmes, de vous distraire et de panser vos consciences. Tellement facile !

Paul et Ésaïe, dans les premiers versets cités dans cet écrit, ont tous deux dit « Ne touche pas la chose impure. »  Si quelqu’un ne fait même que de la toucher, il est considéré comme étant impur, coupable, et est retranché du peuple de Dieu (Lévitique 5:2 et 7:21).  Et cependant, ceux qui se sont proclamés chevaliers à l’armure étincelante pour le Seigneur vont y rester et « tendre la main », désobéissant à Dieu tout en prétendant Le servir.  Non seulement ils touchent la chose impure, mais encore ils s’y plongent tout entiers.

« Jésus a mangé et bu avec des pécheurs ! », répondrez-vous.  Dites-moi, S’est-Il associé à eux dans des temples païens ?  A-t-Il rejoint leurs organisations en tant que membre ?  Est-ce qu’Il parlait et « communiait » continuellement avec les mêmes pécheurs ?  Est- ce qu’Il « construisait des relations » ?  Non.  Vos arguments, non seulement sonnent creux, mais ils sont aussi totalement fallacieux et fous.

Si vous avez répondu « oui » à une seule des questions ci-dessus, vous ne connaissez rien du Seigneur ou de Ses voies, et vous Lui attribuez des voies de l’homme charnel, une justice de la chair, avec laquelle Il n’avait rien à voir, et qui est antéChrist. Les voies du Seigneur sont totalement différentes et vous démontrez combien la prostituée vous a pervertis.  Le coupable, cependant, n’est pas la prostituée, mais bien vous, parce que vous avez choisi ses voies pour votre plaisir.  Dès lors, vous êtes la prostituée.  Comme Paul a écrit :

« Ne savez-vous pas que vos corps sont les membres du Christ ?  Prendrai-je donc les membres du Christ pour en faire les membres d’une prostituée ?  Qu’ainsi n’advienne !  Ne savez-vous pas que celui qui est uni à une prostituée est un seul corps avec elle ?  “Car les deux, dit-Il, seront une seule chair” »  (1 Corinthiens 6 :15-16 FDB).

« Quant aux actions de l’homme, par la parole de Tes lèvres, je me suis gardé des voies de l’homme violent » (Psaumes 17:4 FDB).

Vous avez vécu pour satisfaire votre chair plutôt que d’obéir au Dieu Tout-Puissant.

Cependant, vous dites, « Mais nous ne sommes pas dans des temples païens.  Nous ne rendons pas un culte à des dieux anciens – Diane, Baal, ou Astarté !  Nous sommes dans l’Église Chrétienne, et rendons un culte au vrai Dieu ! »   Je vous répondrai que vous rendez bien un culte à ces dieux anciens, qui ne sont pas aussi anciens que vous ne le croyez, et que vous leur rendez un culte au Nom du Seigneur Jésus-Christ.  Vous Lui attribuez leurs traits, mais Il n’est pas du tout comme vous le supposez.

Partout dans les systèmes d’églises, on rend un culte à d’autres Jésus et on prêche d’autres évangiles, et vous ne savez pas faire la différence ; personne ne vous a jamais dit autre chose, et jusqu’à présent, vous avez vécu pour satisfaire votre chair plutôt que d’obéir au Dieu Tout-Puissant.  Débarrassez-vous de votre regard absent, réveillez-vous de votre sommeil de mort, faites face à la réalité, choisissez ce qui est juste, purifiez-vous de vos idoles et de ce que vous aimez de façon excessive, et fuyez la fornication.

N’agissez pas comme des chiens qui courent librement, déféquant, urinant, et copulant partout où ils le veulent.  Ils font les poubelles pour trouver à manger et ne sont jamais vraiment satisfaits.  Ce qu’ils mangent, ils le vomissent et le remangent, attendant des autres qu’ils participent, trouvant des autres pour le faire.

Rendre un culte à Dieu est la chose la plus contre-nature qui soit.

Dieu régit le culte par des lois.  Il choisit le moment, l’endroit, les gens qui y participent et la manière.  Vous, selon l’ignorance commune, croyez que vous pouvez rendre un culte à Dieu à n’importe quel endroit et de quelque façon que ce soit.  Comme c’est fou !  Comme c’est présomptueux !

Réfléchissez-y un peu !  Depuis quand avez-vous le droit ou la sagesse pour décider comment rendre un culte à votre Créateur ?  Les Écritures sont très claires à ce sujet : vous devez vous enquérir auprès de Dieu pour savoir ce qu’Il requiert de façon spécifique avant de faire des offrandes ou de rendre un culte, tout spécialement avant de le faire selon les dictats et notions folles des hommes.  Sinon, vous amenez la damnation sur votre tête.

Dieu avait choisi un endroit et une manière pour qu’Abraham sacrifie Isaac.  Les sacrifices devaient être mangés par les prêtres dans le lieu très saint.  Ils n’étaient offerts que de certaines façons, à certains endroits et à certains moments.  Comme il est écrit :

« Alors, ce sera l’endroit où le Seigneur ton Dieu choisit de faire résider Son Nom.  C’est là que tu apporteras tout ce que Je t’ordonne… Prends garde de ne pas offrir d’holocaustes dans tous les endroits que tu vois…  Mais il faut que tu les manges devant le Seigneur ton Dieu à l’endroit que le Seigneur ton Dieu choisit… » (Deutéronome 12).

Toutes ces choses étaient commandées par le Seigneur de façon spécifique, mais l’homme croit qu’il peut faire ce qui lui plaît.  Après tout, il croit qu’il est maintenant « couvert par la grâce et que tout est couvert par le sang ».  Il croit qu’il sait.  Il croit que rendre un culte à Dieu « vient naturellement ».  J’ai des nouvelles à lui annoncer.  Rendre un culte à Dieu est la chose la plus contre-nature qui soit.  En fait, les Écritures enseignent que le naturel est antagoniste envers Dieu et qu’il doit être éliminé pour pouvoir rendre un vrai culte à Dieu ; d’où la croix.

Vous, tous les gens qui rendez un culte.  Où ? Comment ? Pourquoi ? Vous ne pouvez pas rendre un culte du côté pré-crucifixion de la croix, dans le monde, dans la satisfaction et le confort de la chair et de l’esprit charnel.  Pour rendre un culte en esprit et en vérité, il vous faut mourir.  Il n’y a pas d’autre façon.

Si vous choisissez votre propre façon, vous êtes un voleur et un cambrioleur et, bien qu’il se peut que vous trouviez votre chemin vers la fête, vous serez jeté dehors, parce que vous ne « portez pas une robe de noces » (Matthieu 22:11).  Bien que vous disiez, « Seigneur, Seigneur », ne croyez pas que vous serez accepté pour autant (Matthieu 7, 23). Ne croyez pas que le Seigneur doive vous recevoir parce que vous allez à l’église et dites que vous êtes né de nouveau.  Bien que vous ayez persuadé de nombreuses personnes de venir à l’église et de professer la foi en Jésus-Christ, ne croyez pas que cela vous vaudra Sa bonne estime.

En Babylone se trouve le sang de tous ceux qui ont été assassinés sur la terre.

Qui est Mystère, Babylone la Grande ?

A Babylone est trouvé le sang de prophètes, des saints, et de tous ceux qui furent tués sur la terre, dit Jean dans l’Apocalypse 18:24.  Qui est-elle ?

L’église catholique n’est pas responsable de tous les assassinats qui ont eu lieu avant son existence (bien qu’elle soit responsable de nombreuses morts au cours de nombreux siècles).

Dès lors, elle n’est pas Babylone, en soi.  Les États-Unis n’existaient pas suffisamment tôt dans l’histoire pour être responsables de la mort de tous ceux qui ont été assassinés sur la terre.  Dès lors, ils ne sont pas Babylone, en soi.  A nouveau, en Babylone se trouve le sang de tous ceux qui ont été assassinés sur la terre.

Babylone était dans le jardin d’Eden lorsque la fausseté y fut introduite.  Caïn a fait son offrande dans l’esprit de Babylone et devint le premier meurtrier.  Lorsque Jésus parlait aux Juifs, Il leur dit que tout le sang juste versé, depuis Abel le juste jusqu’à Zacharie retomberait sur eux.

Si le sang de tous ceux qui ont été assassinés sur la terre se trouve en Babylone, alors elle était là au temps de Jésus et jusqu’à Abel.  Alors, qui est-elle ?  Je vais vous dire qui elle est.  Écoutez bien, parce que selon toute vraisemblance, vous êtes au lit avec elle et donc responsable pour tout le sang mentionné – celui des prophètes, des saints et de tous ceux qui ont été assassinés sur la terre, bien qu’il soit possible que vous croyiez rendre un vrai culte à Dieu au travers du Seigneur Jésus-Christ.

Son prix ? Votre vie !

Le mot « Babylone » veut dire « confusion », prenant sa racine dans un mot qui veut dire « déborder » ou « mélanger », ou « fourrage, oindre, confondre, décliner, se mêler ».  Cela ne décrit-il pas ce que l’homme charnel fait dans ses systèmes d’églises ?  On y trouve de la confusion en gros ; plusieurs milliers de confessions qui se contredisent toutes l’une l’autre, se séparant les unes des autres, disant toutes quelque chose de différent (« Afin de ne pas considérer le chemin de la vie, elle est errante dans ses voies, elle ne sait où elle va. » – Proverbes 5:6) et chacune disant qu’elle possède plus de vérité que tout autre groupe, si elle ne dit pas qu’elle possède toute la vérité.  Elles se donnent des noms pour faire impression sur le public et clamer leur justice à travers le monde, si possible.  Elles mélangent, confondent, déteignent, se mêlent et confondent la vérité avec l’erreur, la lumière avec les ténèbres, le bien avec le mal.

Elles font aussi des onctions.  Il y a des prédicateurs « oints » qui prêchent des messages « oints » pour exciter des audiences qui viennent pour qu’on leur chatouille les oreilles par des discours agréables, et pour être diverties.  Babylone est une belle femme, puissante, impressionnante, « sainte », et donnant à tous ses sujets, d’une façon ou d’une autre, de jouer un rôle et être considérés.  Elle est tout ce que l’on peut admirer et désirer sur terre, et elle a le pouvoir de donner la même chose à tous ceux qui s’unissent à elle.  Son prix ?  Votre vie ! Comme il est écrit : « Ses pieds descendent vers la mort, ses pas atteignent le séjour des morts » (Proverbes 5:5).

« Et maintenant, mes fils, écoutez-moi ; soyez attentifs aux paroles de ma bouche : que ton cœur ne se détourne pas vers les voies d’une telle femme, ne t’égare pas dans ses sentiers ; car elle a fait tomber beaucoup de blessés, et tous ceux qu’elle a tués étaient des hommes forts. Sa maison, c’est le chemin du séjour des morts ; il descend vers les demeures de la mort » (Proverbes 7:24-27).

Cette grande, magnifique femme n’est pas une simple prostituée, mais la même femme qui est décrite dans l’Apocalypse, chapitres 17, 18 et 19.

Ce fut Caïn le religieux qui tua son frère.  Notez bien que Caïn apporta son offrande au Seigneur, le Dieu de toute la création, pas à une idole ou un faux dieu.  Ce furent les juifs, dans toute leur religiosité qui tuèrent les prophètes et les saints.  Ce ne furent pas de simples gens ou des païens qui le firent.  Ce furent les religieux qui tuèrent Jésus, Jacques et Etienne. Ce furent les religieux qui persécutèrent Paul et les premiers chrétiens, les poursuivant de ville en ville, les lapidant, les battant, et les fouettant.  Finalement, ils firent ce qu’ils voulaient de Paul ; ils le livrèrent aux romains et le firent décapiter.

Mystère, Babylone la Grande, la Mère des prostituées, n’est autre que la fausse religion déguisée en vraie.  Quelle est la vraie ?  La vraie est le culte en esprit et en vérité au Seigneur Jésus-Christ.  La fausse feint de faire cela, d’où les églises « chrétiennes », ainsi que toute autre religion qui présume rendre un culte à Dieu, mais nie que le Fils de Dieu vient en chair, Qui est Dieu (et Il vient toujours, dans des nues, tôt ou tard).

Vous êtes en train de mourir et vous êtes mort. Vous souffrez des fruits de vos actions.

Cette prostituée est la femme adultère qui adultère tout ce qui est saint et pur.  Elle se saisit des choses de Dieu et les gaspille aux dépens de ses victimes.  Vous pouvez lire à son sujet dans les Proverbes 2:16-19, dans tout le chapitre 5, chapitre 6:24-26, tout le chapitre 7, chapitre 9:13-18.  Est-ce que ces passages ne parlent que de la simple prostituée des rues ?  Pas du tout.  Lisez, ligne par ligne, et vous trouverez, si Dieu vous l’accorde, que bien que toutes les caractéristiques ne s’appliquent pas à une prostituée de chair et d’os, elles s’appliquent aux systèmes d’églises actuels.  La prostituée de chair et d’os, cependant, est un bon portrait de l’église prostituée.

Croyant, sortez de Babylone !  Repentez-vous, abandonnez tous les dieux étrangers, et sacrifiez tout ce qui vous est cher pour le Christ.  Vous êtes en train de mourir et êtes mort. Vous souffrez des fruits de vos actions.  Quelle est la raison des maladies et des décès parmi vous, dans votre famille, et parmi vos compagnons ?  Quelle est la raison de vos pertes financières, du stress et de vos échecs ?  Quelle est la raison des divorces, de la confusion, et des prières qui restent sans réponse comme s’il n’y avait pas de Dieu ?  Est-ce que vous croyez que c’est parce que Dieu teste votre foi ?  Non, c’est parce que vous péchez.

Vous n’entendez pas la voix du Seigneur.  Pourquoi pas ?   Est-ce parce qu’Il ne parle plus aujourd’hui ?  Non.  Ses brebis entendent Sa voix et Il parle encore.  Cependant, vos péchés sont entre vous et Dieu, si bien qu’Il ne vous entend pas et ne vous parle pas.

Mais je viens, en Son Nom, par Sa volonté, comme Sa bouche, pour vous parler et vous mettre en garde.  Je viens vous appeler à sortir du lit que vous avez fait ou que la prostituée a fait pour vous.  Je vous déclare très solennellement, à moins que vous ne m’écoutiez et ne sortiez du système de l’église prostituée, vous mourrez dans vos péchés. Vous êtes la prostituée, si vous êtes dans les systèmes d’églises.  En particulier, vous êtes un membre de son corps (1 Corinthiens 6:13-20).  Repentez-vous.

Il faut dire que ce n’est pas aussi simple que de ne plus aller à l’église et de ne plus participer à toutes les activités qui s’y rapportent.  Se repentir de ses péchés est d’une importance capitale.  Vous pouvez sortir de la fausse église tout en ayant toujours la fausse église en vous.  C’est votre péché qui vous a fait coucher avec la prostituée au départ.

C’est le péché de la recherche des plaisirs, la recherche de la gloire, de satisfaire les désirs de votre chair –  qui vous y maintient, que vous fassiez partie d’une église ou non.  C’est l’amour de l’argent et des bénéfices sociaux, des louanges des hommes, de vous sentir en sécurité dans quelque chose d’autre que Dieu, au Nom de Dieu, qui vous a conduit en captivité.  C’est le déni de la justice, de la miséricorde, de l’humilité qui a mis des chaînes autour de votre cou, de vos mains et de vos pieds.  C’est la poursuite de l’apparence qui vous a éteint les yeux. Lisez Est-ce que votre profession de foi est vaine, Chrétien ? (version anglaise)

Et cependant, si vous vous repentez de tout cela, si vous dites à celui qui est envoyé de Dieu, « Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur », et vous repentez de dire ces mots aux messagers de la prostituée qui disent qu’ils viennent au Nom du Seigneur, et vous soumettez et obéissez, en disant : « Seigneur, que veux-Tu que je fasse ? », alors peut-être que le Seigneur vous fera miséricorde, vous délivrera, et vous restaurera.  Je dis « peut-être », parce que parfois il est « trop tard » (lisez Proverbes 1:24-33).  On saura sans l’ombre d’un doute s’Il vous fait miséricorde.  Nous le saurons.  Il dit et révèle ce qu’il faut savoir.

Sachez que Dieu envoie Ses messagers, Son autorité parmi les hommes.

« Mais, »  protestez-vous, « si je quitte mon église, où irais-je ? »  Une fois, quelqu’un m’a demandé : « Si vous n’allez pas à l’église, où recevez-vous votre nourriture ? »  Ma réponse vint tout droit de Dieu, sans préméditation.  « Le Berger me nourrit. » ai-je dit.

Où irez-vous ?  Vous irez au Seigneur.  Au Seigneur !  Venez et joignez ceux qui marchent avec le Seigneur.  Joignez Son peuple qu’Il a appelés et choisis.  Je viens en Son Nom pour vous appeler à sortir des œuvres des hommes, les sentiers du destructeur.

Comment saurez-vous si j’appartiens à Dieu ?  Si vous faites la volonté de Dieu, vous le saurez.  Repentez-vous de vos péchés.  Si Dieu vous donne la grâce, il se peut que vous sachiez que ce que je dis est vrai, avant même que je ne le dise.  Le Père m’aura précédé, faisant Son œuvre sur vous ; Il sera avec vous et avec moi alors que je vous parle, et vous fera savoir après moi que ce que j’ai dit est vrai.  C’est l’œuvre du Seigneur, pas la mienne ; c’est la grâce de Dieu.

Où est le Seigneur ?  Avec Son peuple.  Tout comme Moïse s’est identifié à son peuple, le peuple du Seigneur (Hébreux 11:4-26), il faut aussi que vous sortiez de Babylone, que vous sortiez d’Égypte, et que vous vous identifiiez à Son peuple – hors de la ville, hors du camp, dans le désert.  Rendez votre culte sur la montagne Garizim où c’est rocailleux, pas sur la montagne d’Ébal où c’est lisse.

Ne croyez pas qu’il suffise de sortir du système des églises.  J’ai parlé à beaucoup de gens qui sont sortis par amertume, cynisme ou incroyance, tout en soutenant qu’ils rendent un culte au Seigneur.  Ils veulent faire les choses seuls, disant : « Nous aurons Dieu comme enseignant, et pas un homme. »

Sachez que Dieu envoie Ses messagers, Son autorité parmi les hommes, pour diriger et pour servir dans l’Église, Son vrai corps, peu importe où ses membres pourraient être.  Comme il est écrit : « Tu ne pourras pas manger dans tes portes la dîme de ton grain ou de ton vin nouveau ou ton huile…mais tu devras les manger devant le Seigneur ton Dieu à l’endroit que le Seigneur ton Dieu choisit…  Prends garde de ne pas abandonner le Lévite [ministres de Dieu] aussi longtemps que tu vivras dans ton pays. » (Deutéronome 12)  Lisez Le gros mensonge dévoilé (version anglaise).

Aussi, je trouve, bien que beaucoup aient quitté le système des églises, qu’ils sont tout aussi religieux que ceux dans ces systèmes parce qu’ils amènent « l’église » avec eux.  Ils prennent avec eux toutes les doctrines diaboliques, les attitudes, les fausses notions et pratiques de la prostituée.  Ils ne connaissent rien de mieux et en subissent encore les conséquences, étant membres officiels d’un système religieux ou non.  Ils doivent se soumettre à l’autorité de Dieu, telle qu’elle est déterminée par Lui et non par eux.

A nouveau, il s’agit plus de faire sortir la prostituée de nous que nous de sortir de la prostituée.  Se repentir de ses péchés est ce dont il s’agit.  C’est étonnant comment les yeux s’ouvrent lorsque quelqu’un confesse et se repent de chaque péché, spécialement ceux qui sont secrets.  Le fardeau s’allège, et l’âme est reconnaissante, et se réjouit.

Ils ont des amis alors que j’ai des ennemis.  Mais je ne suis pas seul.

N’ayez pas de respect pour les grands, les puissants, les proéminents, les riches, les impressionnants, et les fameux de ce monde.  Comprenez que c’est ce qui est faible, fou, bas, et ce qui est méprisé dans le monde que Dieu choisit, pour confondre le monde et Se glorifier.  Choisissez la croix et vous aurez la couronne. Choisissez la couronne et vous aurez la croix, mais pas celle du Christ.  Ce qui est hautement estimé parmi les hommes est une abomination aux yeux de Dieu.  Savourez les choses de Dieu, pas celles des hommes.  Aimez la vie, choisissez la vie.  Repentez-vous et sortez !

Nombreux sont ceux qui sont dans le système des églises, la manifestation corporelle de la prostituée, et qui déclarent qu’ils veulent la vérité.  Lorsque je leur parle, cependant, ils ne croient pas, et n’ont pas de temps à me consacrer.  Ils préféreraient mille fois regarder un film, se distraire, et courir après des plaisirs au nom de « construire des relations » ou de « communier » avec des « croyants » qui pensent comme eux disant de belles paroles sans les mettre à exécution, qui rendent un culte au Seigneur avec leur bouche, mais dont le cœur est loin de Lui.

Ces gens-là disent que je suis le gourou d’une secte (version anglaise), un lunatique, un hérétique, et un faux prophète. Il ne leur vient pas à l’esprit que ce sont les vrais prophètes qui étaient laissés dans le froid et qui étaient ostracisés par la religion dominante, oui, lapidés et persécutés sévèrement et haïs.  Les choses n’ont pas changé, et ils rient pendant que je porte tristesse et deuil.  Ils ont des amis alors que j’ai des ennemis.  Mais je ne suis pas seul.

Je vais vous dire à quel point l’appel à sortir de la prostituée, de ce qui est impur, est une affaire sérieuse :

« L’âme de Jonathan était liée à l’âme de David, et Jonathan l’aimait comme son âme » (1 Samuel 18:1 LSG).  Jonathan était le fils du Roi Saül d’Israël.  Il vint un temps où Saül chercha à tuer David.  Jonathan essaya de défendre David et le prévint des intentions de son père.  David dut fuir dans le désert.

Les deux amis se séparèrent dans la tristesse, Jonathan restant avec son père.  Dans le désert, David fut rejoint par les parias, les « perdants » d’Israël.  C’était ceux qui étaient dans le besoin, les endettés, et les mécontents (1 Samuel 22:1-2).  Par la providence de Dieu, ils partagèrent la croix avec David ; Jonathan resta avec la couronne, peut-être même tout en pensant qu’un jour David succéderait au trône.

Il arriva que David fut couronné Roi d’Israël et de Juda, et ces compagnons qui avaient souffert avec lui dans le désert régnèrent avec lui en fin de compte.  Mais qu’est-il advenu de Jonathan ?  Il mourut au champ de bataille avec son père.  On pourrait dire qu’il était noble, un fils obéissant, et un homme vertueux qui compatit avec David et qui remplit ses responsabilités. Mais il mourut avec le méchant, comme le méchant.  Il n’était pas sorti. Lisez L’engagement (version anglaise).

Qu’en est-il d’Ananias et de Sapphira dans les Actes des Apôtres ?

Vous croyez que vous pouvez vivre de façon frivole dans les églises, faire ce qui vous plaît et échapper à la colère de Dieu ?  Maintenant même, il y en a parmi vous qui souffrent de nombreuses choses parce que la colère de Dieu s’est levée sur la prostituée – sur vous et sur ceux qui sont avec vous.

« Ah, » dites-vous, « mais la colère de Dieu, c’était dans l’Ancien Testament.  Ne croyez-vous pas au dispensationalisme ?  Dieu est un Dieu d’amour maintenant ! »  Je dis qu’Il l’a toujours été.  Il a toujours été, et est toujours, un Dieu de colère aussi.  Jésus, dans le Nouveau Testament, n’a-t-Il pas dit : « Ou, ces dix-huit sur qui tomba la tour dans Siloé, et qu’elle tua, croyez-vous qu’ils fussent plus coupables que tous les hommes qui habitent Jérusalem ? Non, vous dis-Je ; mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous pareillement »  (Luc 13:4-5 FDB).

« Jésus a dit ces choses avant de mourir, » protestent certains, comme si l’attitude de Dieu ou Sa nature avaient changé après la croix.  « Qu’en est-il d’Ananias et de Sapphira dans les Actes des Apôtres ? » dis-je.  Ils n’étaient pas obligés de vendre leur champ, mais ils l’ont vendu.  Ils n’étaient pas obligés d’apporter l’argent de la vente aux apôtres, mais ils ont librement choisi d’en partager une partie avec l’Église.  Ils en gardèrent une partie, cependant, et mentirent aux apôtres, disant qu’ils avaient tout apporté.

Quelle fut l’action de ce « Dieu récemment converti » (selon les contradicteurs d’aujourd’hui qui aiment leurs péchés) ?  Est-ce que Pierre leur a souri de façon bienveillante et avec pitié, leur disant : « Soyez bénis, les gars ! Dieu comprend que nous sommes tous des pécheurs, mais le Christ est mort exactement pour ça.  Ne vous inquiétez pas.  Notre église est la juste demeure des hypocrites.  Essayez de faire mieux la prochaine fois » ?  Non.  Non seulement ce n’est pas ce qui arriva, mais le couple n’eut même pas l’occasion de confesser et de se repentir !  Dieu les tua sur le champ.

Des paroles dures ?  Ce sont des faits.  Est-ce qu’Il a fait ces choses pour que tout le monde se sente bien, comme ces gens qui vont à l’église de nos jours, qui semblent penser que c’est la priorité, et que les pasteurs et les prédicateurs dans ces églises cherchent diligemment à accomplir pour leurs « troupeaux » ?  Non.

Il est écrit : « Et une grande crainte s’empara de toute l’assemblée et de tous ceux qui entendaient parler de ces choses. » dans les Actes des Apôtres 5:11.  Dieu avait l’intention de faire peur et Il savait comment le faire.  Désenivrez-vous, hypocrites, joueurs, enfants qui jouent avec les choses de Dieu.  Vous ne savez pas qu’Il a des yeux et des oreilles ?  Et Il ne rit pas.  Il n’est pas avec vous au cinéma.  Il ne rassemble pas les gens pour qu’ils aient du bon temps.

« Le dispensationalisme » est un grand mot que les pécheurs utilisent comme excuse en plaçant Dieu à une autre époque pour pouvoir garder leurs péchés et discréditer le Seigneur et Sa volonté, lorsque, dans leur ignorance, ils sont incapables de trouver des Écritures appropriées pour ce faire et se justifier devant les hommes.

Il tirait une tête jusque par terre pour votre bien, et pour cette raison vous vous moquez de Lui.

Dites-moi, vous qui aimez vous amuser, vous, si nombreux, qui dites : « Dieu veut que nous nous amusions, Il veut que nous ayons du bon temps et non que nous nous promenions avec des têtes jusque par terre », où avez-vous trouvé une telle notion dans toute la Bible ?  Vous dites avec tant de véhémence que la Bible est votre guide. Lisez un peu la mienne.

La vôtre vous détruit de façon si merveilleuse pendant que vous savourez vos mensonges.  Vous êtes tellement ignorants de la mienne, et ce de façon volontaire.  En ce qui concerne « les têtes jusque par terre », nous ne choisissons pas de nous promener avec des têtes jusque par terre, et le Seigneur non plus.  Combien de fois trouvez-vous dans les Écritures que l’on parle de Jésus et de Ses disciples allant au cinéma, faisant du cheval, nageant dans la mer de Galilée, grimpant les montagnes de l’Hermon, faisant du camping et de la marche dans le désert en guise d’aventures en plein air, mangeant au restaurant, et allant à des soirées ?

Fous! Aveugles, obstinés, adultères, et fous hypocrites !  Ses fêtes étaient solennelles et lorsqu’il y avait des réjouissances, ce n’était jamais à la façon du monde, et je dis bien jamais.

« Mais Jésus est mort pour que nous soyons libres ! » vous rétorquez.  Peut-être que votre Jésus l’a fait, mais le mien n’est certainement pas mort pour que je puisse vivre selon les désirs de ma chair tel un fou.  Dans Sa mort, le Seigneur Jésus-Christ, le Seigneur Que j’écoute et Auquel j’obéis, par Sa grâce, a crucifié la chair et ses désirs afin que je puisse vivre en Lui en toute sobriété, en toute piété, vérité et justice, en toute sainteté.

Vous, cependant, vous évitez et méprisez la croix, vous accrochant au monde et vous justifiant en appelant votre poursuite et votre pratique de l’amusement la volonté de Dieu.  Vous, adultères !  Il était un Homme de douleurs, habitué à la souffrance à cause de vos façons de faire et de vos pensées, et non afin de vous justifier en elles.  Il faisait une tête jusque par terre pour votre bien, et pour cette raison vous vous moquez de Lui, en ce que vous vous moquez de Ses frères qui font une tête jusque par terre par égard pour Lui.

Un jour vient où ceux qui rient pleureront et ceux qui pleurent riront.  Repentez-vous.

Ceux qui tiennent des « services du culte » pour se sentir bien, et ceux qui y assistent pour se sentir bien, sont des fornicateurs qui mourront avec la viande encore dans leurs bouches (Nombres 11, Psaumes 78:7-31).  Cette viande est la connaissance et la doctrine que vous recevez des chaires, ce qui, selon vous, vous fait grandir.  Elles vous font bien grandir – vous vous enflez, devenez arrogant, impudent, auto-satisfait, et vous vous croyez en sécurité.

Alors que vous croyez que vous grandissez dans la grâce et le pouvoir du Seigneur, en réalité vous grandissez dans le caractère de Satan lui-même, brillant d’une lumière artificielle, une lumière noire, apparaissant si vertueux et saint, tout comme il vient comme un ange de lumière.  Il se peut que vous ayez une apparence de piété et une connaissance intellectuelle de la chose, mais vous en reniez la puissance (2 Timothée 3:5) parce que vous désirez de la viande, méprisant le Pain des Cieux.  Vous apprenez toujours, mais ne parvenez jamais à une connaissance de la vérité, ignorant des Écritures auxquelles vous professez croire.

A Qui la vengeance appartient-elle ?

Un autre exemple de quelque chose que le Seigneur a fait après la croix, contrairement à la notion erronée qu’Il a changé : Pensez à la ville de Jérusalem, quelques dizaines d’années après le Christ et Sa crucifixion.  Lorsque le général Titus de Rome assiégea la ville, des milliers de gens furent affamés, moururent dans la bataille, et furent crucifiés autour des murs de la ville ; à un tel point que l’on rapporta qu’il ne restait plus aucun arbre à une grande distance tout autour de la ville, parce qu’ils avaient tous été utilisés pour faire des croix.  Il y avait tellement de croix qu’il était difficile de marcher autour de la ville.  « Que son sang retombe sur nos têtes et celles de nos enfants » avaient-ils dit lors de la crucifixion du Seigneur, et il en fut ainsi.  Vous ne pensez pas que c’était l’œuvre du Seigneur ?  Il avait prédit que ça allait arriver :

« Et quand vous verrez Jérusalem environnée d’armées, sachez alors que sa désolation est proche… Car ce sont là des jours de vengeance ; afin que toutes les choses qui sont écrites soient accomplies » (Luc 21:20-22 FDB).

La vengeance de Qui ?  A Qui la vengeance appartient-elle ?

« Car il est écrit : A Moi la vengeance, à Moi la rétribution, dit le Seigneur » (Romains 12:19 FLS).

Au travers des Écritures, Dieu est Celui Qui envoie l’épée, la famine et la peste.  C’est Lui Qui élève les nations et les rois et les abaisse.  C’est Dieu Qui fait toutes ces choses.  « Plus de colère » ?  Vous croyez que maintenant Il est ce Dieu aimant, mou, fleur bleue, tolérant-le-mal, et Qui passe sur tout ?  Vous pouvez l’oublier !

Je sais pourquoi vous tenez à croire autrement.  Vous voulez garder vos péchés ; vous ne pouvez pas supporter l’idée d’être jugé, et donc vous reniez qu’il y ait un tel Être Qui pourrait vous demander des comptes ou le ferait.  Je ne suis pas désolé de vous décevoir.  Je vous mets en garde de façon volontaire.

Dieu m’a dit d’abandonner toutes les œuvres religieuses des hommes qui tuaient Son peuple.

Que dire de toutes les guerres, les famines, les tremblements de terre, et les pestes au travers de l’histoire, et encore de nos jours ?  Est-ce que c’est le diable qui porte la responsabilité dans le Nouveau Testament et après, tandis que Dieu était responsable et aux commandes dans l’Ancien ?  Non.  Dieu est aux commandes, Il l’a toujours été et le sera toujours.

« Dieu ne le fait pas, Il ne fait que de le permettre, » vous dites.  Si vous entriez chez moi et que mon fils vous jetait des coups dans les tibias, si je ne l’en empêchait pas, est-ce que vous ne me tiendriez pas pour responsable ?  Si les rôles étaient inversés, je vous tiendrais certainement pour responsable.  La création toute entière est le territoire de Dieu ; Il est responsable.  C’est Lui qui envoie Satan faire ce qu’Il lui ordonne et pas le contraire.  Il envoya Satan pour s’occuper de Job.  Il est aux commandes, totalement et complètement.

« Ne touche pas », disent les Écritures, « ne touche même pas la chose impure. »  Il y a de nombreuses années, Dieu m’a dit d’abandonner toutes les œuvres religieuses des hommes qui tuaient Son peuple et tous les autres concernés, comme si j’abandonnais des excréments.  Aux yeux de Dieu, ce sont des excréments ; Paul n’a-t-il pas dit que c’était des excréments (Philippiens 3:4-8) ?  Je ne m’en suis pas rendu compte à l’époque aussi bien que je m’en rends compte maintenant.  Repentez-vous et sortez.

Quelques versets pour conclure :

« Ne vous y trompez pas : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs » (1 Corinthiens 15:33 FLS).

« Qui marche avec les sages devient sage, mais le compagnon des sots sera détruit » (Proverbes 13:20).

« Qui garde la loi est un fils intelligent ; mais le compagnon des débauchés fait honte à son père » (Proverbes 28:7 FDB).

« L’homme qui aime la sagesse est la joie de son père, mais le compagnon des prostituées dissipera son bien » (Proverbes 29:3 FDB).

« Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs »  (Psaumes 1:1 FLS).

« N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns… (Hébreux 10:25 FLS).

La vraie Fiancée se manifestera sur les talons de la fausse qui sera exposée.

Enfants de Dieu, sortez et rassemblez-vous à Dieu et à Son peuple.  La ville de Babylone est une contrefaçon de la Nouvelle Jérusalem.  Elle tombera en une heure et vous avec elle si vous ne vous repentez pas.

On dira au peuple de Dieu : « Ciel, réjouis-toi sur elle !  Et vous, les saints, les apôtres, et les prophètes, réjouissez-vous aussi !  Car Dieu vous a fait justice en la jugeant » (Apocalypse 18:20 FLS).  Les ouvriers d’iniquités  qui se moquent et qui diffament tous ceux qui aiment la vérité en Christ, seront réduits au silence.  Les charlatans seront mis de côté, l’ivraie sera mise en botte et brûlée ; le mal sera écarté une fois pour toutes.

Vous, les fils de la sorcière, vous ne vous verrez plus avec Mystère (Babylone) assis comme une reine, et non comme une veuve, ne s’attendant pas au deuil (Apocalypse 18:7).  Mais la vraie Fiancée se manifestera sur les talons de la fausse qui sera exposée et la vraie sera glorifiée avec son Epoux.

Les ténèbres et l’impudence des méchants m’étonnent.  Ils se moquent et ricanent ; ils persécutent et tournent en ridicule ; ils disent du mal de ceux que Dieu leur envoie et présument qu’ils comprennent mieux.  A cause de leur nombre, j’ai tort et ils ont raison.  A cause des gens proéminents auxquels ils tiennent compagnie, j’ai tort et ils ont raison.  Parce qu’ils sont avec des professeurs du Christ, j’ai tort et ils ont raison.  Parce qu’ils sont des professeurs du Christ, j’ai tort et ils ont raison.

Parce que leurs pasteurs leur disent que j’ai tort, j’ai tort et ils ont raison.  Parce qu’ils sont dedans et que je suis au dehors, j’ai tort et ils ont raison.  Parce que leurs dirigeants sont « ordonnés », et que je ne le suis pas, j’ai tort et ils ont raison.  Parce qu’ils aiment leurs péchés, j’ai tort et ils ont raison.

Parce que je critique ce qui est faux et exprime de la colère envers les mensonges prêchés et pratiqués au nom de la Vérité ; parce que je « m’érige en juge » et dis la vérité dure à entendre mais bien applicable ; parce que je ne cours pas avec eux (1 Pierre 4:3-5) ; parce que je n’ai pas la posture molle à laquelle les membres de la prostituée sont tant exercés ; parce qu’ils croient que je condamne ce qui est vrai et non ce qui est faux, qu’on leur a fait croire que c’est ce qui est vrai, j’ai tort et ils ont raison.

Mais vous êtes ceux qui se justifient devant les hommes et qui préfèrent leurs louanges à celles de Dieu (Jean 12:43).  Repentez-vous.  Sortez et ne touchez pas la chose impure et vous serez Ses fils et Ses filles, et Il sera votre Père.  Il vous pardonnera, vous guérira et vous purifiera.

Les désirs de votre cœur vous seront accordés si vous Lui confiez votre route, et vous vivrez en paix, sécurité, et prospérité.  Ces choses-là, je les dis à ceux qui Lui appartiennent, pas à l’ivraie.  A ceux qui Lui appartiennent, il sera donné de sortir, mais l’ivraie est destinée à être détruite.

Il connaît ceux qui Lui appartiennent.  Dieu fasse miséricorde à Son peuple.  Nous en avons absolument besoin, nous méritons tous d’être détruits.

Victor Hafichuk

Retour à la liste des articles disponibles en français.

Facebook Comments