Print Friendly, PDF & Email

Proverbes 1251-1500

English – French

Nous traduisons ceux-ci quelques-uns à la fois, en commençant par le début.

« Et de plus, parce que le prédicateur était sage, il a encore enseigné la connaissance au peuple; et il a pesé et sondé, et mis en ordre beaucoup de proverbes. Le prédicateur s’est étudié à trouver des paroles agréables; et ce qui a été écrit est droit, des paroles de vérité. Les paroles des sages sont comme des aiguillons, et les recueils, comme des clous enfoncés: ils sont donnés par un seul Berger. » (Ecclésiaste 12, 9-11.)

Au milieu de la nuit du 15 au 16 avril 2007, des proverbes m’ont été donnés. Comme un robinet ouvert, ils vinrent, l’un après l’autre, 78 au total. Alors, aussi vite qu’ils étaient venus, ils cessèrent, comme un robinet que l’on ferme. Il n’y eut aucune préméditation, aucune attente et lorsque la fin arriva, il n’y eut rien que je puisse faire pour continuer. Ils étaient là, tout simplement.

Depuis lors le Seigneur m’en a donné davantage, lorsque je suis silencieux, à Sa façon, et quand Il le veut.

Les principes de la vie ont de nombreuses manifestations, chacune d’entre elles pouvant être exprimée comme un proverbe. Un proverbe peut apparaître simple en surface, exprimant une évidence, au point même de donner l’impression que c’est un simplet qui parle. Cependant, à mesure qu’une personne contemple les mots et recherche une signification plus profonde, il ou elle sera récompensé (e) d’un conseil et d’un discernement qui sert bien dans de nombreuses applications de la vie, si Dieu choisit de les lui impartir.

Victor Hafichuk

PROVERBES

1-250 – 251-500 – 501-750 – 751-10001001-1250 – 1251-1500

1251. L’incrédulité assombrit l’âme et la retient de tout bien.

1252. Avoir la foi, c’est être victorieux ; rien n’est impossible à ceux qui croient.

1253. Dieu est présent avec ceux qui croient, bien qu’on ne Le trouve nulle part.

1254. Avec la foi, tout est possible, mais la foi est impossible à moins d’être accordée gratuitement d’en haut.

1255. Marcher dans la Lumière, c’est savoir que la Lumière règne en maître à tout moment en tous lieux, même là où se trouvent les ténèbres.

1256. Le jugement est omniprésent et parfait, et chaque âme aura sa part.

1257. Par leur propre jugement, les insensés se moquent des sages, mais par le jugement d’en haut, les sages voient que, sans grâce, tous les hommes sont insensés.

1258. De même qu’un ivrogne a besoin d’alcool, ainsi le péché rend insensé, et l’insensé insiste sur le péché.

1259. L’épanouissement d’une âme concorde avec son obéissance à la loi de Dieu.

1260. Les insensés se moquent d’eux-mêmes en méprisant la sagesse.

1261. Un insensé têtu est battu avec des verges mais soutient qu’il est juste jusqu’à ce qu’il soit détruit.

1262. Dans sa vieillesse, même jusqu’à son lit de mort, un pécheur s’accroche à ses dieux.

1263. La peur de la mort ne répond à rien, mais l’espoir de la vie répond à tout.

1264. Sans espoir, il n’y a pas de but, mais la promesse soutiendra l’espoir, et la détermination l’espoir, jusqu’à ce que la promesse soit tenue.

1265. Soyez gentil et attentionné envers un insensé méchant et il vous méprisera pour cela ; réprimandez un homme sage et il vous remerciera. Ainsi, vous les distinguez l’un de l’autre.

1266. Recueillir la sagesse et l’emmener dans la tombe parle d’un but pour elle par après.

1267. Tout homme recherche la louange, mais combien recherchent la correction ?

1268. Tout comme les semailles précèdent la récolte, ainsi la correction vient avant la louange.

1269. Saluer tout le monde de la main bien que l’un puisse être un ennemi est mieux que de ne saluer personne de peur que l’un soit un ennemi.

1270. Les justes n’ont pas besoin de se nourrir d’espoir pour toujours – car bientôt la substance vient et satisfait – mais les craintifs ont déjà reçu leurs attentes.

1271. Fils, attends le mûrissement complet ; le goût sera bien meilleur.

1272. Fils, coupe les pensées de perte et de souffrance ; la perte fera bientôt place à la récompense, quand tu fais ce qui est juste.

1273. La correction fera beaucoup de bien, même si elle doit venir par de méchants messagers.

1274. Lorsque tout leur paraît sûr, les méchants s’enflent et deviennent plus effrontés dans leurs mauvaises actions, ne voyant pas le jugement se précipiter sur eux.

1275. Ceux qui se moquent et rient maintenant seront dévorés par la moquerie, et la sagesse rira la dernière.

1276. Ceux qui assassinent leur prochain ne savent-ils pas que comme ils sèment, ils récolteront ? Ne savent-ils pas que, comme ils font, il leur sera fait ?

1277. Il y a un temps où le jugement s’attarde, et il y a un temps où le jugement n’hésite pas ; les deux sont déterminés d’en haut.

1278. Plus le processus est long et plus il y a de changement qui doit être enduré, plus grand et plus glorieux sera le but final.

1279. Paix à celui qui persévère pour le bien de la justice ; ça en vaudra la peine.

1280. Les justes ont peu d’amis, mais la valeur de ces amis ne doit pas être jugée selon leur nombre.

1281. Avec la persistance continue des justes, l’impossible devient possible, mais avec ceux qui choisissent le mal, même les ambitions possibles prennent fin.

1282. Les impies atteignent leurs mauvaises ambitions, et n’en sont que déçus.

1283. Voler, c’est apporter une malédiction dans son sein, jusqu’à ce que la perte de la victime soit multipliée dans le voleur.

1284. Qui sait si quelque chose est bon ou mauvais jusqu’à ce que les mots soient entendus d’en haut : « C’en est fait » ?

1285. Même ceux qui font peu recueillent une récolte abondante, selon les désirs et les intentions de leurs cœurs.

1286. Il y a un travail de grande valeur et un travail de peu de valeur ; les hommes enclins à faire leur propre plaisir ne connaîtront pas la différence.

1287. Ceux qui choisissent de bien faire trouveront une large récompense, bien qu’il y ait un prix à payer ; mais ceux qui cherchent à recevoir gratuitement trouveront que le coût est supérieur à la valeur.

1288. L’homme avide n’épargne pas son prochain, et bien qu’il gagne quelque peu pour un temps, il subit la plus grande perte à la fin.

1289. Ce qui était, était ; ce qui est, est ; et ce qui sera, sera.

1290. Ce n’est pas ce que l’on a actuellement qui compte, mais ce que l’on aura quand tout aura été dit et fait.

1291. Ceux qui s’occupent des petits conquièrent tout.

1292. L’homme est faible et sans défense par lui-même, mais le plus faible avec Dieu à ses côtés n’a rien à craindre.

1293. La fatigue est un ennemi puissant qui ne se lasse jamais, jusqu’à ce que l’on entre dans le repos.

1294. Plaire à l’homme est la plus grande folie et la plus grande trahison envers son âme, mais plaire à Dieu, c’est recevoir la plus grande des bénédictions.

1295. Nous subirons souvent des pertes et des échecs, mais accepter que ces choses concourent au bien les annule.

1296. L’incrédulité vole la joie et cause des dégâts, mais la foi répare tout.

1297. La légèreté est une maladie répugnante et subtile qui ouvre l’âme au destructeur.

1298. Les personnes légères et vaines marchent dans des pièges et tombent dans des fosses à chaque pas qu’elles font et à chaque mot qu’elles prononcent.

1299. Les pensées des justes apportent la guérison et la vie, mais les méchants se détestent eux-mêmes.

1300. Il n’y a pas de médicament ou de nourriture tels que l’espérance, mais sans foi, l’espérance ne prévaudra pas.

1301. L’homme est son propre plus grand ennemi, car il est son plus grand héros et admirateur.

1302. Comme les enfants des ténèbres sont sages selon leur propre estimation ! Mais que voient-ils dans la nuit qui les rende si certains ?

1303. Les fruits verts peuvent être copieux, mais ils énervent les dents et apportent une gêne à l’estomac.

1304. Il est dit : « Aidez les faibles et défendez les impuissants. » Si vous voyez un aigle prendre une jeune vipère, allez-vous essayer de sauver la vipère ? Si vous voyez un ancien officier de police armé abattre un jeune trafiquant de drogue sans défense, allez-vous essayer de le défendre ?

1305. J’ai ignoré des mauvaises herbes minuscules, comme si elles n’en valaient pas la peine. Quand j’aurais pu facilement les arracher du sol, à la place, je les ai laissées, jusqu’à ce que je sois obligé de creuser profondément à la racine pour les enlever.

1306. Les insensés préfèrent le nœud coulant de la destruction plutôt que les chaînes de la Loi de Dieu à leur cou.

1307. Les rebelles préfèrent les caresses agréables d’une femme adultère flatteuse au bâton correcteur d’un père aimant.

1308. Méfiez-vous de ceux qui dirigent la lumière dans vos yeux plutôt que d’éclairer votre chemin.

1309. Lorsqu’il arrive à une victoire, le pèlerin spirituel rencontre la désillusion, une amie qui le soulage des attentes injustifiées.

1310. Il n’y a pas de tyran plus monstrueux que l’incrédulité, qui pille l’âme de tout bien.

1311. Gratter une piqûre de moustique ne fait qu’augmenter et prolonger l’inconfort, mais en l’ignorant, la démangeaison disparaît rapidement.

1312. La paix, la gloire et la prospérité appartiennent à celui qui ne vit pas selon les lois terrestres, mais selon la conscience céleste.

1313. Heureux l’homme à qui il n’est pas permis de faire ce qui lui plaît ; s’il l’accepte, il apprendra.

1314. Ne craignez pas le joug et le fardeau, mais craignez la libération pour faire ce qu’il vous plaît.

1315. Tout comme les faux sont exposés, les vrais seront aussi rendus manifestes.

1316. Les créatures des ténèbres préfèrent la nuit et y sont confortables ; la lumière les dérange.

1317. Il y a toujours une récompense à faire le bien, mais pas quand il est fait pour une récompense.

1318. Dieu a décrété des obstacles pour que l’homme puisse tourner son visage vers le haut, d’où vient son aide.

1319. La foi en Dieu et la patience avec les hommes conquièrent tout.

1320. Celui qui méprise un subordonné n’a aucun respect pour un supérieur.

1321. Par la foi, les justes discerneront une réprimande appropriée, mais les méchants condamnent le jugement de Dieu.

1322. Même les doubles d’esprit sont heureux de faire accomplir par un autre des tâches répugnantes qu’ils ne feraient pas eux-mêmes.

1323. Le respect n’engendre le respect que chez ceux qui l’estiment.

1324. L’argent n’a que peu de valeur, mais les âmes n’ont pas de prix.

1325. Les lois communes sont vaines parmi les natures dissemblables, rendant la paix et la bonne volonté impossibles.

1326. Sans voir le chemin à parcourir, un voyageur est lent à se rendre à destination, mais doté de vision, il est plus disposé.

1327. En fin de compte, seul l’amour gardera de la valeur.

1328. Le plus grand besoin et défi de l’homme est d’être son vrai soi.

1329. Il n’y a pas de fin au travail ; plus il est accompli, plus il y en a qui peut être fait ; la terre est toujours féconde en travail.

1330. Le regret doit avoir une courte durée de vie ; sinon, il devient un tyran impitoyable, à aucune bonne fin.

1331. Écoutez ! L’homme peut être persuadé de faire n’importe quoi, pour autant que ce soit mal, et de croire n’importe quoi, pour autant que ce soit un mensonge.

1332. Plus le mensonge est grand, plus l’homme est enclin à le croire.

1333. On dit que les hommes adultes ne pleurent pas, mais beaucoup doivent grandir et être des hommes afin de pouvoir pleurer.

1334. La sagesse crie que les choses de ce monde sont vanité, en ce que nous dormons un tiers de notre temps.

1335. J’ai vu le jugement venir rapidement et je l’ai vu s’attarder ; plus son retard est grand, plus il est grand lorsqu’il tombe.

1336. Le choix est accordé aux hommes, afin qu’ils sachent qu’ils ne s’appartiennent pas.

1337. Qui est un menteur sinon celui qui insiste sur le fait qu’il sait, alors qu’il n’a aucun fondement pour sa confiance?

1338. Méfiez-vous ! Bien que le non régénéré jure sincèrement de pardonner, il ne le peut pas et ne le fera pas.

1339. Les hommes recherchent avec diligence les fruits de la paix et de la prospérité, mais ils ne veulent pas en payer le prix.

1340. Bien que le danger soit proche, l’abeille l’ignore et continue son travail.

1341. La peur est le précurseur de ce qui est redouté.

1342. Celui qui garde sa peur accomplit ce dont il a peur.

1343. L’impatience déclare: « Que ma volonté et non la tienne soit faite ».

1344. Celui qui obéit attendra dans l’obéissance.

1345. Le double d’esprit est instable dans toutes ses voies. « Je veux le meilleur ! » jure-t-il, puis il change d’avis quand il faut en payer le prix.

1346. Les instables sont facilement incommodés et découragés de leur course.

1347. L’impatience dit: « Que ma volonté, et non la Tienne, soit faite. » Celui qui est disposé et désireux de faire la volonté de Dieu sera prêt à L’attendre, parce qu’il veut ce que Dieu veut.

1348. Ceux qui cherchent à plaire à Dieu Lui font confiance et attendront Son timing ; ceux qui cherchent à se plaire à eux-mêmes n’attendront pas.

1349. Les obstacles sur le chemin de la vie sont des détours qui pointent plus directement vers la vérité.

1350. La peur est la substance de ce dont on a peur.

1351. Sans ténèbres, il n’y a pas besoin de lumière, mais avec les ténèbres vient l’occasion pour la lumière de briller.

1352. Quand les hommes parlent, des ombres se forment, mais quand Dieu parle, c’est aussi éclatant que le soleil de midi.

1353. L’homme croira n’importe quel mensonge ou commettra n’importe quel acte tant qu’il ne doit pas faire face à son Créateur et mourir.

1354. Ici et maintenant est l’évènement.

1355. Il n’y a pas de plus insensé que celui qui pense qu’il est sage.

1356. L’amertume dit : « Dieu n’existe pas, mais s’Il existe, Il n’est pas complètement au contrôle, et s’Il l’est, Il ne m’aime pas et ne prend pas soin de moi. »

1357. L’amertume dit : « Il y a des forces et des circonstances au-delà du contrôle de Dieu. »

1358. L’amertume dit : « Je ne suis pas d’accord avec Dieu. Il n’a pas raison. »

1359. L’amertume dit : « Il y a d’autres dieux dans ma vie, et je les déteste tous. »

1360. Les louanges de l’homme sont comme des bijoux fantaisie bon marché avec lesquels les enfants jouent. Ils semblent avoir de la valeur, et les enfants pensent être honorés et charmants en les portant, mais cela ne dure pas et s’ils sont jamais perdus ou jetés, cela importe peu.

1361. Il n’y a rien de plus précieux que la louange de Dieu ; c’est vrai et substantiel et plein de vie.

1362. Personne n’est aussi haï des hommes que celui qui déclare les péchés des autres avec justice, mais il n’y a personne tant aimé de Dieu que lui.

1363. Qu’est-ce qui est plus important – éliminer toute faim et toute pauvreté ou donner sa vie ?

1364. Qu’est-ce qui est plus important – enlever une poussière de l’œil d’un enfant ou empêcher un homme de se pendre ?

1365. Qu’est-ce qui a plus de valeur pour Dieu – prêcher la délivrance aux captifs, ou s’asseoir dans un désert pendant quarante jours ?

1366. Qui est le plus grand – la fidèle ménagère à la maison, ou le général victorieux d’une grande armée ?

1367. Qui est le plus grand – l’homme que les hommes craignent, ou l’homme qui craint Dieu ?

1368. Qu’est-ce qui est mieux – générer de grandes richesses pour les donner aux pauvres, ou donner toute richesse en obéissance à Dieu ?

1369. Qu’est-ce qui est le plus noble – agir par bonne raison, ou agir par la foi ?

1370. Voyez comment les plantes poussent. Premièrement, une semence d’en haut va dans la terre. Puis, de la terre, la plante commence à pousser, mais nourrie d’en haut.

1371. Comment quelqu’un peut-il savoir qui il devrait être, s’il ne veut pas savoir qui il est ?

1372. Celui qui est amer n’accepte aucune responsabilité pour les conséquences qu’il subit, ne considérant pas qu’elles ne soient pas venues pour rien.

1373. Un homme sans discrétion tire du sang tous les jours avec les mots de sa bouche.

1374. Le généreux aime le peu qu’il a, mais l’avare est misérable dans l’abondance.

1375. Le soleil brille et les oiseaux chantent pour celui qui recherche et fait le bien, mais le ciel est gris et lourd pour l’âme égoïste.

1376. Il est vain d’avoir de nombreux ennemis sans bonne raison.

1377. Comme des roues d’entraînement sur un vélo, les mesures de sécurité ne sont pas seulement là pour assurer notre sécurité, mais aussi pour nous préparer à de plus grands défis.

1378. Même les hommes peuvent accomplir ce qui semble impossible avec foi, patience et persévérance.

1379. Les mensonges viennent comme vérité, sinon ils ne seraient pas des mensonges.

1380. Pour obtenir l’accès, un ennemi se cache dans une compagnie d’amis ; de même, un mensonge est accompagné de vérités.

1381. Comme l’eau est la plus précieuse pour une âme assoiffée, ainsi le meilleur que l’on puisse donner à quiconque dans les ténèbres est la vérité.

1382. Pour être en mesure de donner la vérité, on doit d’abord donner tout ce qu’on a pour la recevoir.

1383. J’ai souvent trouvé que « je ne sais pas » est la clé d’entrée instantanée dans la connaissance.

1384. L’humilité donne faveur à celui qui la porte et élargit ses horizons.

1385. La fierté est trop grosse pour entrer par le portail de la vie.

1386. Extérieurement, l’homme avide peut paraître rassasié, mais intérieurement, il est mort de faim.

1387. Aux Cieux, on travaille, mais pas pour de l’argent.

1388. Celui qui plaît à l’homme est certain de déplaire à Dieu.

1389. Les gens égoïstes et ignorants se contredisent dans tout ce qu’ils pensent, disent et font, mais ceux qui marchent dans la lumière ont le pas sûr.

1390. Que la lumière de la vérité soit prononcée, et elle dispersera les ténèbres des mensonges et de la tromperie.

1391. Plus les gens connaissent la vérité d’une affaire, plus les auteurs qui essayent de cacher leurs péchés et leurs crimes ont peur.

1392. Dieu doit être loué pour le pouvoir de la lumière et le droit de briller.

1393. Si tu veux avoir la faveur de Dieu et le succès auprès des hommes, mon fils, fais confiance à Dieu et obéis-Lui. Ce faisant, toutes choses sont tiennes.

1394. Si quelqu’un garde et stocke sa semence, il n’en n’aura pas plus, mais s’il sème, il multipliera ce qu’il a.

1395. La patience prend du temps, mais si le temps a trop de valeur pour un homme, il ne prospérera pas.

1396. La diversité dans toutes les catégories de la nature raconte la diversité des hommes.

1397. Lorsque l’occasion leur est offerte, le cœur des hommes tend au mal.

1398. Mieux vaut croire celui qui dit : « Je cherche Dieu », que celui qui dit : « Je cherche la vérité ».

1399. Si vous voulez trouver Dieu, Dieu est le chemin – pas la repentance, pas la prière, pas l’étude biblique, pas la méditation ni les bonnes œuvres. Votre recherche doit commencer et se terminer avec Dieu.

1400. Quand on porte du blanc, on doit prendre garde au fait que c’est plus clairement évident quand on se tache ou se salit.

1401. Un jardin sera là quand vous en aurez besoin, si vous étiez là quand il avait besoin de vous.

1402. Celui qui croit au mensonge à propos de son prochain est un menteur et un meurtrier.

1403. Le fidèle au plus bas est meilleur que l’infidèle au plus haut.

1404. Méfiez-vous de celui qui, bien qu’il ait les poches vides, a la bouche pleine.

1405. Il y a de l’espoir pour un pauvre en esprit, bien qu’il ait les poches pleines, mais celui qui a les poches vides et est riche en esprit continuera de languir.

1406. Il n’y a qu’une seule voie vers la paix et la joie, celle-ci étant le chemin de la douleur et de la souffrance ; une seule voie vers la gloire, celle-ci étant le chemin de l’humiliation ; une voie vers le succès, celle-ci étant le chemin de l’échec; et une voie vers la victoire, celle-ci étant le chemin de la défaite.

1407. Comme une mauvaise herbe qui pousse et meurt vite, de même ce qui est vain est de courte durée, et ce qui est facile à réaliser, est vite perdu.

1408. Misérable est l’homme qui s’attend à de l’obéissance ; riche est l’homme qui n’a pas besoin d’honneur.

1409. Bien qu’il soit préférable d’être humain envers les animaux, il y a des chiens qui sont si vicieux que l’on n’a d’autre choix que de les battre et même de les tuer.

1410. Pourquoi sonner l’alarme contre les vers, les asticots et le feu, alors que ceux-ci ne viennent que pour emporter ce qui est déjà mort et en décomposition ?

1411. Il y a ceux qui éprouvent de la répulsion pour l’usage du mot « dieu » au pluriel, parce qu’ils en ont fait une idole.

1412. Placez une mauvaise pomme dans un récipient rempli de bonnes pommes et tout pourrira.

Il y a ceux qui disent : « Je vais rester avec ce qui est corrompu et je serai une influence pour le bien. Je vais changer les choses de l’intérieur. » Si une bonne pomme est laissée dans un récipient qui a des mauvais fruits, la bonne pomme rachètera-t-elle la mauvaise ?

1413. Tout est possible pour celui qui a foi en Dieu et la patience avec les hommes.

1414. La folie de l’homme ne peut jamais accepter la sagesse de Dieu, alors comment est-il possible que Dieu accepte la folie que l’homme appelle sagesse ?

1415. La convoitise n’est jamais satisfaite, même si elle a tout ; la libéralité est toujours satisfaite, peu importe combien elle donne.

1416. Dieu nomme le juste et le méchant pour qu’ils se battent l’un contre l’autre, afin que tous deux connaissent la valeur de la bonté.

1417. C’est dans le cœur d’un homme de prendre part à ce qui est interdit, mais Dieu est capable de donner à un cœur de désirer ce qu’Il a demandé.

1418. Ôtez la contrainte d’un homme juste, et il sera contraint de servir ; ôtez la contrainte d’un homme méchant, et il montrera sa rébellion.

1419. Les religieux sont religieux parce qu’ils aiment Mammon.

1420. La vraie foi n’est pas aveugle, mais voit ce à quoi les autres sont aveugles.

1421. Une table de banquet où les gens se sont réunis pour se faire plaisir est un trésor pour celui qui cherche à servir plutôt qu’à être servi.

1422. La quantité et la qualité se font concurrence, et chacune doit trouver son lieu d’accord avec l’autre.

1423. Pourquoi les hommes voudraient-ils blesser deux oliviers qui portent des fruits ? Détestent-ils les olives ? Ou pensent-ils que les olives sont mauvaises pour eux ?

Pourquoi les hommes voudraient-ils éteindre deux chandeliers qui brillent dans l’obscurité ? Détestent-ils la lumière ? Ou pensent-ils que la lumière est mauvaise pour eux ?

1424. Ceux qui savent tout sont stupides.

1425. Il en faut beaucoup pour faire les choses correctement, et il y a tellement plus à faire quand elles ne sont pas bien faites !

1426. Le cœur d’un homme le mènera à l’endroit où le cœur est.

1427. Les hommes adorent d’autres dieux pour eux-mêmes, mais le Seigneur Dieu ne peut être vraiment adoré que pour Lui.

1428. La vertu est plus précieuse que le sang, et la vérité, qu’un fils.

1429. Quand l’homme s’est conquis lui-même, il a conquis le monde ; rien ne peut le vaincre.

1430. Les problèmes sont des amis déguisés, qui ne sont pas présents pour gêner, mais pour renforcer et enseigner.

1431. Les insensés se cachent derrière leur vanité pour cacher leur vide.

1432. Vous voyez l’homme intellectuel ? Il choisit fièrement de résider dans la région des ténèbres.

1433. Plus un homme est fier de son intellect, plus sa chute sera dure quand son jour viendra.

1434. La chute d’un homme est une tragédie nécessaire, afin qu’il puisse revenir à la vie.

1435. Toutes choses vont et viennent ; à toutes choses il y a une fin, mais il y a une fin bonne qui dure pour toujours.

1436. Notez l’homme qui refuse de divulguer ses pensées secrètes ; on ne peut pas lui faire confiance.

1437. Vous voyez celui qui a peur d’une discussion ouverte et honnête ? Il est incertain dans sa confusion choisie.

1438. Le sel peut être stocké dans une salière, mais il est inutile jusqu’à ce qu’il soit dispersé pour son usage.

1439. La lumière brille le mieux dans l’obscurité.

1440. La marque du péché est tellement gravée sur le visage de l’homme et de la femme dans la rue qu’elle cause du chagrin et de la peine ; les cosmétiques et les vêtements raffinés amplifient souvent l’évidence plutôt que de la dissimuler.

1441. La vanité exemplifie la corruption et l’insuffisance de l’esprit de l’homme.

1442. Les morts ne savent pas qu’ils sont morts ; ils ne peuvent pas non plus croire qu’ils sont morts si quelqu’un leur dit.

1443. Lorsqu’une personne manifeste un manque de respect pour le point de vue d’autrui, il faut considérer qu’elle souffre d’un manque de respect pour le sien.

1444. L’aveugle trébuche dans l’obscurité totale en criant : « Je vois ! Je vois ! » Et à l’encontre de ceux qui ont des yeux, il raille : « Qui êtes-vous pour me dire que vous voyez ce que je ne vois pas ? Moi aussi j’ai des yeux ! »

1445. On ne peut requérir la même chose de la part d’étrangers que de la part de ses enfants ; de même, il ne faut pas non plus pourvoir aux besoins des étrangers comme on pourvoit à ceux de ses enfants.

1446. L’homme avide plisse le front et se tord les mains. Il achète trop cher et vend trop bon marché ; il achète et vend trop tôt et trop tard. Aucune transaction ne peut le satisfaire. Il n’en aura jamais assez. Mais l’homme libéral est toujours généreux et reconnaissant, et ses biens sont renfloués plus vite qu’il ne peut les donner.

1447. Internet a retiré les murs de la maison et de l’entreprise familiales pour inclure les extrémités de la terre.

1448. Un homme sage fait un plaisir du travail, mais l’avide fait un travail du plaisir.

1449. Un homme sage tire du plaisir de son travail, mais l’insensé travaille pour avoir du plaisir et n’est jamais satisfait.

1450. Ceux qui affrontent la fournaise ou cèdent à l’épée pour le bien de la justice ne seront ni roussis ni égratignés, mais ils incinéreront et tailleront tout le mal en face d’eux, car Dieu l’a déterminé.

<< PREVIOUS                             NEXT >>

Retour à la liste des articles disponibles en français.

 

Leave a Reply

You have to agree to the comment policy.