Print Friendly, PDF & Email

Notre vision, interprétation et usage des Écritures et de leurs versions

English – French – Spanish

L’importance et l’essence des Écritures

Jésus-Christ ne citait pas les Écritures parce que Moïse et les prophètes les avaient écrites, ou parce qu’elles étaient révérées par les juifs, ou parce qu’elles étaient la fondation du judaïsme, ou parce que les hommes disaient qu’elles étaient saintes, ou parce qu’elles étaient écrites dans un langage religieux formel ou impressionnant, ou parce qu’elles venaient sous la forme d’un livre relié de façon spéciale ou artisanale, ou pour de nombreuses autres raisons. Il citait les Écritures parce qu’Il en connaissait la Vérité spirituelle intrinsèquement Sainte. Ce n’est pas tant qu’elles avaient du sens ou bien qu’elles reflétaient de façon exacte une doctrine religieuse préférée; elles exprimaient la Vérité infaillible.

La Vérité est

La Vérité n’a pas besoin d’être exprimée d’une certaine façon pour être infaillible. En effet, la Vérité est partout, dans toute la création de Dieu, et elle ne peut pas être contenue toute entière dans une seule chose, pas même une Bible. C’est là la gloire et le pouvoir de la Vérité, ce que Dieu est. Comme Jésus a dit :

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; nul ne vient au Père que par Moi. » (Jean 14, 6.)

La Vérité est toujours présente et elle est toujours légitimée dans son propre droit, par sa nature même, et même par ses circonstances contrastées. Elle peut être reconnue ou exprimée par quiconque connaît la Vérité, en vertu de ce qu’elle est, que ce soit par un saint, un prophète, un juif, un Gentil, un enfant, un homme, ou une femme. Elle peut être et est exprimée par n’importe quelle chose, que ce soit une étoile, un moineau, un lys ou un brin d’herbe. Les lois naturelles et spirituelles de Dieu déclarent constamment Sa Vérité, ou Lui, et même ceux qu’Il change et utilise pour exprimer Sa Personne, Son esprit, et Sa volonté de quelque manière qu’Il choisisse, comme par exemple dans le cas de l’âne de Balaam et celui des corbeaux qui nourrirent Élie. Dieu règne de façon suprême sur tout. Il est non seulement le Concepteur et l’Ingénieur, mais Il est aussi le Chef d’Orchestre de toutes choses en tout temps, y compris le temps. Il est le Premier et le Dernier, le Commencement et la Fin, l’Alpha et l’Oméga, l’Auteur et le Finisseur de notre foi, gloire et louange à Lui ! Comme il est écrit :

« Toutes choses ont été faits par Lui, et sans Lui rien de ce qui a été fait n’a été fait. » (Jean 1, 3.)
Et : « Car en Lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par Lui et pour Lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en Lui. » (Colossiens 1, 16-17.)

Diviser droitement la Parole de Vérité

En gardant ces choses à l’esprit, nous voulons faire savoir aux lecteurs comment nous utilisons les diverses traductions ou les matériaux qui y sont liés. On nous a critiqués pour ne pas avoir utilisé la Version King James ; on nous a critiqués pour l’avoir utilisée ; on nous a critiqués pour ne pas avoir utilisé exclusivement d’autres versions ; on nous a critiqués pour avoir utilisé la paraphrase de Peterson, Le Message, et pour avoir utilisé d’autres traductions et paraphrases. Cependant, nous n’utilisons pas les Écritures par la lettre, bien que la lettre doive exprimer la Vérité ou nous choisirions immédiatement de ne pas l’utiliser. Si la Vérité n’est pas exprimée de façon acceptable dans une traduction, translittération, para- phrase, ou une quelconque autre expression, nous la rejetons, quelle que version que ce soit ou tout écrit que ce soit qui prétend être la Bible ou une traduction des Saintes Écritures (« Saintes » non pas à cause de la lettre, mais à cause de la Vérité qui y est contenue, et qui sont donc « séparées » de l’erreur de l’homme et du monde).

Aucun homme n’est bon et seule la foi en Dieu est la clef

Il nous faut bien savoir que l’homme corrompt tout ce qu’il touche, y compris la Bible, bien que l’homme corrompu soit un témoignage à la Vérité (Romains 3, 5.). Contrairement aux présomptions de certains, il n’y a, à notre connaissance, aucune parfaite traduction qui serait la seule désignée par Dieu comme étant la Parole de Dieu. La clef, dès lors, est de connaître la Vérité. On ne peut connaître la Vérité que lorsque l’on connaît Jésus-Christ, personnellement, ayant Son Esprit. Notre confiance doit être en Lui, pas en l’homme. Elle doit être en Sa Vérité et non dans la traduction de l’homme, son opinion ou son expression de ce que Sa Vérité est, ce que toutes les traductions sont, en somme. Il n’y a pas d’autre façon. Il n’y a que par Son Esprit que nous puissions juger toutes choses, et savoir si elles sont vraies ou fausses :

« Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’oeil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données librement. Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, comparant les choses spirituelles avec les choses spirituelles. Mais l’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. Mais l’homme spirituel juge de tout, cependant il n’est lui-même jugé par personne. Car qui a connu la pensée du Seigneur, pour L’instruire ? Or nous, nous avons la pensée du Christ. » (1 Corinthiens 2, 9-16.)

Je n’utilise pas la Version King James Moderne (que je viens tout juste de citer) en tant qu’autorité. Je sais que la Vérité est exprimée de façon juste dans ces versets précis, non pas parce que c’est la Version King James Moderne, ou parce que qu’on dit que l’apôtre Paul a écrit ces mots, mais parce que je connais Dieu au travers de Jésus-Christ, et Son Esprit témoigne avec mon esprit que ce qui y est dit est la Vérité.

Si nous rendons un culte à Dieu en esprit et en vérité, nous sommes saufs et en sécurité ; si nous avons un quelconque autre dieu devant nous, notre œil n’est pas simple, et grandes sont les ténèbres que nous croyons être lumière ; nous ne discernons pas la Vérité, et nous nous contredisons, tout en nous convaincant à tort que nous rendons un culte à Dieu. Cette tromperie devient particulièrement puissante lorsque nous rendons un culte à des choses que nous associons à Dieu, telles que la Bible (ou une de ses versions), ou une « église », ou la prière, ou un ministre, ou la foi ou un témoignage « chrétien ». La Loi de Dieu demeure vraie. Il est un Dieu jaloux et Il ne peut approuver d’autres dieux. Il y a des conséquences, aussi sures que le soleil se lève et se couche tous les jours.

La Vérité est la Vérité, peu importe ce qui la véhicule

Lorsque nous utilisons des traductions et paraphrases dans nos lettres et nos écrits, nous en comparons souvent de nombreuses et choisis- sons parmi elles celles qui expriment de façon la plus précise ce que nous savons être la Vérité. Nous avons vu que, parfois, une version est meilleure qu’une autre, et vice versa.

Nous jugeons toutes choses, non pas selon la traduction ou selon la lettre, mais selon ce qui nous est donné par l’Esprit de Dieu. Ce n’est pas le cas de ceux qui placent leur confiance dans la lettre. Ceux qui placent leur confiance dans la lettre insistent sur leur compréhension et la forme de la lettre qu’ils préfèrent. Pour eux, rien n’est pur. Ils sont des idolâtres, se servant eux-mêmes, et ils ajoutent péché sur péché en ce qu’ils se servent eux-mêmes au Nom du Seigneur Jésus-Christ.

Nous venons pour restituer toutes choses

Le serpent n’a pas remis en question ce que Dieu a dit, mais la raison pour laquelle Il l’avait dit. Il a souillé ce qui était bon et Vrai. De « bons » mots devirent de « mauvais » mots, non pas à cause de ce qu’ils étaient, mais à cause de la façon dont ils ont été interprétés ; non pas tant à cause de ce qu’ils sont, mais à cause de la raison pour laquelle ils sont utilisés ou la façon dont ils sont utilisés.

De la même façon que le serpent est venu, a pris ce qui appartenait à Dieu et l’a souillé, mettant par là l’humanité, Sa création, dans la tombe, ainsi nous, par Son pouvoir de Résurrection, nous venons maintenant et nous arrachons de la main du serpent ce qui appartient à Dieu, et nous le purifions et le restaurons entièrement. Nous ne laisserons rien à l’ennemi parce que rien ne lui revient de droit. Il est un menteur, un voleur et un meurtrier. Il a trompé tous ceux qui l’ont cru et qui lui ont permis de voler et de détruire.

Ne portez pas d’accusation à notre encontre à cause de ce que nous utilisons ou non, mais considérez plutôt pourquoi et comment nous l’utilisons. Ne me dites pas d’abandonner l’usage d’un marteau, simplement parce qu’un jour un voleur l’avait subtilisé, y avait apposé sa marque de fabrique, et l’avait utilisé pour construire une maison close. Je vais lui prendre le marteau, le rendre à Dieu, à Qui j’appartiens, et l’utiliser pour construire un château pour celui qui est digne. Si vous m’accusez de faire le mal tout simplement parce que j’utilise le marteau, alors, vous n’êtes pas digne, et le château que je construis n’est pas pour vous. En permettant à l’ennemi de garder le marteau, vous construisez sa maison close avec lui.

« Pour ceux qui sont purs, toutes choses sont pures ; mais pour ceux qui sont souillés et qui ne croient pas, rien n’est pur ; mais même leur esprit et leur conscience sont souillés. » (Tite 1, 15.)

Louange à Dieu pour la Vérité

Je vais maintenant conclure avec la Parole de Dieu, non pas parce qu’elle prétend être la Bible, non pas parce que Peterson l’a écrite dans un langage contemporain, non pas parce que c’est une « parfaite » traduction mot pour mot (une telle créature n’existe pas), non pas parce que je révère la traduction ou la paraphrase comme étant la pure Parole de Dieu, mais parce que c’est vrai et exprimé de façon correcte et exacte. Certains vont considérer l’usage suivant anathème :

« Je suis convaincu –- Jésus m’a convaincu ! -– que toute chose en soi est sainte. Mais bien sûr, nous, par la façon dont nous la traitons ou en parlons, nous pouvons la contaminer. » (Romains 14, 14. MSG)

Victor Hafichuk

Retour à la liste des articles disponibles en français.

Traduit en français par Ingrid Benson
Translated into French by Ingrid Benson


The Book of Matthew Corrupted

There are some blatant additions and corruptions in the Book of Matthew. Why should anyone be surprised that the enemy sows tares in the good field, an illustration given to us by the Lord Jesus Christ? We need to recognize what is not of God and not let it interfere with what is.

 

Is Peterson’s The Message Evil?

 

Addressing idolatry of the KJV:

Is the King James Authorized Version the Perfect Word of God?

Answer to an Apologist for Worship of the KJV

Facebook Comments